Javier Cercas écrivain et traducteur, auteur de "Independencia" (Tusquets Editores) et de “Terra Alta” (Actes Sud) à Barcelone le 3 mars 2021. ©AFP - LLUIS GENE
Javier Cercas écrivain et traducteur, auteur de "Independencia" (Tusquets Editores) et de “Terra Alta” (Actes Sud) à Barcelone le 3 mars 2021. ©AFP - LLUIS GENE
Javier Cercas écrivain et traducteur, auteur de "Independencia" (Tusquets Editores) et de “Terra Alta” (Actes Sud) à Barcelone le 3 mars 2021. ©AFP - LLUIS GENE
Publicité
Résumé

Maestro espagnol de l’enquête autobiographique, Javier Cercas nous étonne aujourd’hui avec un roman policier, “Terra Alta” (Actes Sud). Justice, vengeance, construction de soi… Il revient dans l’Heure Bleue sur ses thèmes de prédilection, et sur cette œuvre de fiction qui explore brillamment l’identité espagnole.

avec :

Javier Cercas (Ecrivain).

En savoir plus

Dès 14 ans, le jeune Javier Cercas se plonge dans l'œuvre de Luis Borges. De ce dernier, il retiendra que “tous les romans sont des romans policiers”. Lorsqu’à la lecture de son dernier roman “Terra Alta (Actes Sud) on le questionne sur l’exploration d’un nouveau genre littéraire, le polar, Javier Cercas rappelle que pour lui, tous ses romans appartiennent au genre policier, au moins par l’existence d’une énigme que ses personnages cherchent à déchiffrer. 

53 min

Avec “L’Imposteur” ou “Le Monarque des ombres”, Javier Cercas nous avait déjà convaincus de son talent pour sonder les contours les plus obscurs de l’âme humaine. Qu’il s’agisse de personnages historiques ou de ses propres aïeux, il n’hésite pas à s’émanciper des contraintes du réel pour rendre lisibles les questions qui l’animent, du poids de l’Histoire aux liens complexes entre réalité et fiction. 

Publicité

Dans son dernier roman, qui a obtenu le 68e Prix Planeta à sa parution en 2019 en Espagne, Javier Cercas nous emmène dans les terres catalanes, secouées le meurtre sauvage des époux Adell, riches nonagénaires qui emploient la plupart des habitants du coin. Et lorsque l’enquête est confiée à Melchor, un policier héroïque au passé trouble, l’énigme première – qui est l’assassin ? – se double d’une autre question : qui est le policier ?

Ce soir dans l'Heure Bleue, Javier Cercas réaffirme sa volonté de ressusciter par l’écriture la mémoire de l’Espagne. Il cite l’une des phases les plus célèbres de William Faulkner dans “Requiem pour une nonne”

Le passé ne meurt jamais. Ce n'est même pas le passé." 

Il est alors du devoir du romancier de le rendre présent à nos consciences. 

Musiques : 

  • Tom Waits, Downtown train
  • Miles Davies, Human nature
  • Damso, Morose

Archives : 

  • Archive Ina du 6 mars 1962 (Jean Vilar est Victor Hugo, Laurence Maurizot est Cosette) : Lecture du chapitre 4 “ Cosette” des Misérables de Victor Hugo
  • Archive de janvier 1968 (au micro de Paule Chavasse) : Michel Leiris à propos du concept de l’écriture
  • Archive Ina de juillet 1982 (journaliste Philippe Halphen) : Reportage retrospective sur Franco et le franquisme
  • Archive Ina non datée : Jorge Luis Borges à propos de sa nécessité d’écrire

Générique Veridis Quo des Daft Punk