La psychanalyste et écrivaine Julia Kristeva
La psychanalyste et écrivaine Julia Kristeva ©AFP - JACQUES DEMARTHON
La psychanalyste et écrivaine Julia Kristeva ©AFP - JACQUES DEMARTHON
La psychanalyste et écrivaine Julia Kristeva ©AFP - JACQUES DEMARTHON
Publicité

2021 était l’année du bicentenaire de Fiodor Dostoïevski et à cette occasion l’écrivaine, psychanalyste, Julia Kristeva avait publié Dostoïevski face à la mort ou le sexe hanté du langage (Fayard). Ce soir dans l’Heure Bleue, elle partagera sa passion pour ce grand écrivain.

Fiodor Dostoïevski, écrivain russe structurel de la littérature, a aussi été l’un des précurseurs de la psychanalyse. Dans ses textes, cet homme, lui-même névrosé, pose le cadre d’un débat toujours aussi actuel : l’angoisse de l’homme face à sa propre existence.

Adolescente, Julia Kristeva lisait Dostoïevski en cachette, dans le texte, sous le régime communiste en Bulgarie. Dostoïevski est devenu et reste “l’auteur de sa vie”.

Publicité

Dans son livre Dostoïevski face à la mort, ou le sexe hanté du langage, l’écrivaine décrypte l'oeuvre de l'écrivain aussi tourmenté que prophétique qui hante la conscience européenne et mondiale depuis un siècle et demi.

Le Vif de l'histoire
4 min

Julia Kristeva nous donnera sa relecture de Crime et châtiment, l’un des romans les plus connus de Dostoïevsk, à la fois philosophique, psychanalytique, voire sociologique, qui raconte l’histoire de Raskolnikov, jeune étudiant fauché qui assassine une vieille prêteuse sur gages et sa sœur pour sauver sa famille de la misère. La souffrance psychologique qui assaille alors le jeune homme est une thématique chère à l’auteur. Elle trouve dans ce long roman l’une de ses plus belles expressions.

Il n’avait pas loin à aller, il connaissait même le nombre exact de pas qu’il avait à faire de la porte de sa maison, juste sept cent trente. Il les avait comptés un jour que ce rêve s’était emparé de lui. Dans ce temps-là, il ne croyait pas lui-même à sa réalisation. Sa hardiesse chimérique, à la fois séduisante et monstrueuse, ne servait qu’à exciter ses nerfs. Maintenant, un mois s’était écoulé, il commençait à considérer les choses tout autrement et malgré tous ses soliloques énervants sur sa faiblesse, son impuissance et son irrésolution, il s’habituait peu à peu et comme malgré lui, à appeler cette chimère épouvantable, une affaire, qu’il aurait entreprise, tout en continuant à douter de lui-même.

L'extrait du livre Crime et châtiment de Fiodor Dostoïevski est lu par Arthur H sur une musique de Evie.

Musique

  • Le jeu de la folie d’Hubert Félix Thiéfaine
  • The mess we’re in de Pj Harvey
  • Lumière Bleue de Chien Noir

Générique Veridis Quo des Daft Punk

L'équipe