Une femme réfugiée debout derrière une clôture.
Une femme réfugiée debout derrière une clôture. ©Getty - Phynart Studio
Une femme réfugiée debout derrière une clôture. ©Getty - Phynart Studio
Une femme réfugiée debout derrière une clôture. ©Getty - Phynart Studio
Publicité

L’Heure Bleue soutient le combat des femmes afghanes sur France Inter avec l'artiste afghane Kubra Khademi, la journaliste Mahbouba Seraj, militante des droits de l’Homme et Najiba Sharif, journaliste, ex-secrétaire d’État à la condition féminine, ex-députée de la province de Kaboul.

Kubra Khademi est une artiste, performeuse et féministe. Par sa pratique, Kubra Khademi explore sa vie comme réfugiée et femme. Elle a étudié les beaux arts à l'Université de Kaboul et ses performances artistiques qu'elle réalisait dans les rues de Kaboul était une réponse à une société dominée par les hommes dont la politique patriarcale est extrême. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Après l'exécution de sa performance connue sous le nom de Armor en 2015, elle a été forcée de fuir son pays d'origine. Elle est réfugiée en France jusqu’à obtenir la nationalité française en 2020. Aujourd’hui, elle vit et travaille à Paris.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mahbouba Seraj est une journaliste afghane et militante des droits des femmes. Elle est, entre autres, fondatrice et directrice de l'Organisation pour la recherche pour la paix et la solidarité (ORPS), présidente exécutive du Réseau des femmes afghanes et membre de la Coalition des femmes afghanes contre la corruption. Après avoir vécu en exil pendant environ 25 ans elle retourne finalement en Afghanistan en 2003 .

Après son retour en Afghanistan, Seraj a plaidé pour l'éducation des femmes et d'autres droits, et a fondé des organisations actives dans ce domaine. Elle a notamment plaidé pour que les femmes fassent partie du discours politique, à travers un plan d'action national.

Lorsque les talibans ont pris le contrôle total du pays en août 2021, Seraj est retourné en Afghanistan et a juré de rester dans le pays pour défendre les droits des femmes. 

Najiba Sharif a connu la terreur du régime des talibans, la mort de leur principal opposant, le commandant Massoud, la chute des intégristes religieux et l’arrivée au pouvoir du président Karzaï. Toute une période où elle est en première ligne par son engagement en faveur des droits des femmes. Journaliste, elle fait ses débuts à la télévision nationale afghane en 1982.

Après le départ des talibans, elle devient rédactrice en chef du magazine Roz (Le jour). Mais la politique la rattrape. En 2004, elle est nommée par le président Karzaï au poste de Secrétaire d’Etat à la condition féminine mais demeure dans l’incapacité de m’exprimer librement. Elle quitte le gouvernement puis est élue députée de la province de Kaboul. Son activisme met alors sa vie en péril. 

Elle rejoint la Suède puis la France avec Mulhouse pour point de chute en 2011 sous le statut de réfugiée politique. Malgré l’éloignement, Najiba continue de militer pour les droits des femmes et des minorités dans son pays d’origine