L'écrivain, critique littéraire et académicien Antoine Compagnon
L'écrivain, critique littéraire et académicien Antoine Compagnon ©AFP - Ulf Andersen / Aurimages.
L'écrivain, critique littéraire et académicien Antoine Compagnon ©AFP - Ulf Andersen / Aurimages.
L'écrivain, critique littéraire et académicien Antoine Compagnon ©AFP - Ulf Andersen / Aurimages.
Publicité

L'Heure Bleue a convié l'écrivain et universitaire Antoine Compagnon, l'un des grands spécialistes de la littérature française et de l'oeuvre de Marcel Proust, qui vient de publier "Proust du côté Juif" (Gallimard).

Avec
  • Antoine Compagnon Professeur au Collège de France depuis 2006, titulaire de la chaire de Littérature française moderne et contemporaine

Spécialiste de Montaigne, de Proust, de Colette, historien de la littérature française, Antoine Compagnon est professeur émérite au collège de France et membre de l’Académie française.

Dans son livre, "Proust du côté juif", Antoine Compagnon se penche sur le judaïsme de l’auteur majeur de la littérature française du 19e siècle. L’écrivain a mené une double enquête se demandant comment la littérature proustienne était lu et perçu par la communauté juive de l’époque ; mais aussi comment les racines de Marcel Proust sont entremêlées.

Publicité
18 min

L'écrivain s’est livré -après son cours au Collège de France- à l’approfondissement d’un sujet qui peut paraître marginal et qui s’est révélé d’une richesse intellectuelle et humaine. Il s’agit d’un côté de ce que Proust avait de juif dans son milieu familial, et de la traduction du judaïsme dans la Recherche du temps perdu qui a pu faire dire tantôt que Marcel Proust était antisémite, tantôt qu’il était un auteur kabbaliste.

Le point de départ de cette enquête est une phrase de Proust, souvent citée, à la manière d’ultima verba sur la question juive.

Dans ses dernières années, Proust aurait confié à un correspondant dont l’identité nous reste inconnue (du moins pour le moment) : "Il n’y a plus personne, pas même moi, puisque je ne puis me lever, qui aille visiter, le long de la rue du Repos, le petit cimetière juif où mon grand-père, suivant le rite qu’il n’avait jamais compris, allait tous les ans poser un caillou sur la tombe de ses parents".

À travers l’érudition incroyable et la recherche d’archives menée par Antoine Compagnon, c’est tout un milieu qui ressurgit : celui de jeunes sionistes des années 1920 qui lisent Proust, le discutent, le commentent, se l’approprient et s’en servent comme point de référence ou de polémique.

Antoine Compagnon est par ailleurs le conseiller scientifique de l’exposition « Marcel Proust. Du côté de la mère », qui débute le 14 avril au mahJ. Elle explore la judéité de Proust.

Musique

  • Nina Simone, I put a spell on you
  • Reynaldo Hahn_, L’Heure exquise,_ Philippe Jaroussky & Jérôme Ducros
  • Chien noir Lumière bleue

Archive

  • Roland Barthes à propos des trois leçons données par Proust : le bonheur de l’écriture, la profondeur de l’être.  - Archive Ina du 1er décembre 1963 (au micro de Robert Valette) 

Générique Veridis Quo des Daft Punk