La photographe Graciela Iturbide à Mexico, le 22 octobre 2021.
La photographe Graciela Iturbide à Mexico, le 22 octobre 2021. ©AFP - PEDRO PARDO
La photographe Graciela Iturbide à Mexico, le 22 octobre 2021. ©AFP - PEDRO PARDO
La photographe Graciela Iturbide à Mexico, le 22 octobre 2021. ©AFP - PEDRO PARDO
Publicité

"Heliotropo 37" dévoile l’ensemble de l’œuvre de la photographe Graciela Iturbide jusqu'au 29 mai à la Fondation Cartier. Cette exposition-portrait est la toute première en France et l'artiste est l'invitée de l'Heure Bleue.

Graciela Iturbide est une photographe mexicaine. Elle est considérée comme l'une des photographes les plus importantes du Mexique ; elle a exposé dans le monde entier.

Sa photographie peut être apparentée à du documentaire, explorant les relations entre l'humain et la nature, l'individuel et le culturel, le réel et le psychologique. Intéressée aux histoires pré-hispaniques de leur pays, il s’agit d’un de ses sujets de prédilections.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'œuvre de Graciela Iturbide est le produit de sa tentative de compréhension des choses, des personnes rencontrées, du monde dans lequel elle vit. Même si son travail dépasse les frontières mexicaines, c’est dans son pays natal qu’elle s’inspire grandement.

La Fondation Cartier pour l'art contemporain à Paris accueille, jusqu'au 29 mai 2022, l'exposition Heliotropo 37, une grande rétrospective de la photographe mexicaine, pour qui l'appareil photo a surtout servi "de prétexte pour connaître la vie et le monde".

Pourquoi "Heliotropo 37" ? Parce que c'est l'adresse du studio de l'artiste depuis plusieurs années , au 37 calle Heliotropo à Mexico, où Graciela Iturbide a pris l'habitude de travailler ; un édifice en brique créé en 2016 par son fils, l'architecte Mauricio Rocha.  Ce dernier a conçu la scénographie de l’exposition parisienne avec 200 photographies présentées, dont de nombreux portraits.

Traduction : Pascale Fougère

Musique

  • La llorana, Chavela Vargas
  • Non je ne regrette rien d’Edith Piaf
  • Celle qui vit vers le Sud d’Emily Loizeau

Archives

  • Henri Cartier Bresson dit qu’il n’y pas de recettes pour la photographie, c’est une question de temps - Archive Ina du 9 avril 1964 ( au micro de Jean Bardin) 
  • Brassai répond à la question «  c’est quelque chose qui est utile la photographie ? » - Archive Ina du 28 septembre 1971 ( au micro de Michèle Arnaud) 
  • Manuel Alvarez Bravo à propos de la primauté de la forme sur le contenu dans les images - Archive Ina du 2 mars 1980 
  • Jean Marie Le Clézio à propos des peuples mexicains. Archive Ina du 15 octobre 2008 ( au micro de Jean Louis Ezeline) 

Générique Veridis Quo des Daft Punk