Portrait du sociologue Jean-Claude auteur de “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire).
Portrait du sociologue Jean-Claude auteur de “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire).
Portrait du sociologue Jean-Claude auteur de “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire). ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Daniel FOURAY
Portrait du sociologue Jean-Claude auteur de “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire). ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Daniel FOURAY
Portrait du sociologue Jean-Claude auteur de “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire). ©Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Daniel FOURAY
Publicité
Résumé

Invité de l’Heure Bleue ce soir, le sociologue Jean-Claude Kaufmann passe au crible nos contradictions dans son dernier livre “C’est fatiguant, la liberté…” (L’Observatoire). Pour une vie paisible, pourrions-nous nous délester de la charge mentale qu'est le droit de choisir ?

avec :

Jean-Claude Kaufmann (Sociologue et écrivain).

En savoir plus

A l’heure où il était plutôt question de burn-out, nous avons vécu en mars dernier un ralentissement forcé, en découvrant l’expérience du “confinement”. 

La compétition et l'attention à sa propre image régnaient dans l’entreprise ; l'entrée dans le chez-soi a déclenché un glissement dans le petit bonheur du laisser-aller. Selon le sociologue Jean-Claude Kaufmann, le télétravail brouille les frontières et mélange les temps de l’existence, à l’image de la réunion virtuelle en chemise-jogging. Et si des études montrent déjà que la productivité augmente dans ce cadre, c'est au prix d'une surcharge mentale pour les individus. 

Publicité

Spécialiste de la vie quotidienne et auteur de plusieurs livres qui tracent les contours d’une sociologie du couple et du consentement, Jean-Claude Kaufmann questionne dans son dernier ouvrage “C’est fatiguant, la liberté…” un possible “ramollissement général de l’existence”. 

Ce travail s’inscrit dans une problématique philosophique ancienne : comment ne pas songer, en effet, à la théorie de Sartre sur la liberté, comprise comme responsabilité de l'autodétermination et comme expérience de l'angoisse ?

Il analyse les courants profonds de la société, et considère que la crise a agit comme un révélateur : l’élargissement continu du pouvoir de décision des individus leur pèse, tandis qu’ils aspirent au bonheur d’une existence paisible. Dans une certaine mesure, la liberté est devenue un fardeau, et son exercice permanent, épuisant, nous présente la facture. 

Après la « société liquide » théorisée par Zygmunt Bauman, sommes-nous entrés dans la « société molle » ? 

Musiques : 

  • Serge Reggiani, "Ma liberté"
  • Jamel Laroussi (groupe Au p'tit bonheur), "Aimer"
  • Clou, "Cesse Cesse"

Archives :

  • Extrait d’un cours de 1959 : Vladimir Jankélévitch à propos de l’éveil de l’homme mollusque ou le passage de l’être à la conscience de l’être
  • Archive Ina du 7 février 1973 (au micro de Jacques Chancel) : Jean-Paul Sartre à propos de la liberté et de l’engagement de l’Homme
  • Le 8 avril 2021 à France Info (au micro de Patricia Loison) : Marie Rose Moro à propos des crises psychologiques chez les jeunes et dans les familles en temps de pandémie

Générique : "Veridis Quo" des Daft Punk

Références

Programmation musicale

L'équipe

Laure Adler
Production
Céline Villegas
Collaboration