L'artiste visuelle/interprète Orlan pose avec son autoportrait lors de l'avant-première de "Strip-Tease Historique" d'Orlan à la Galerie Ceysson & Bénétière le 18 février 2021 à Paris, France.
L'artiste visuelle/interprète Orlan pose avec son autoportrait lors de l'avant-première de "Strip-Tease Historique" d'Orlan à la Galerie Ceysson & Bénétière le 18 février 2021 à Paris, France.
L'artiste visuelle/interprète Orlan pose avec son autoportrait lors de l'avant-première de "Strip-Tease Historique" d'Orlan à la Galerie Ceysson & Bénétière le 18 février 2021 à Paris, France.  ©Getty - Foc Kan / WireImage
L'artiste visuelle/interprète Orlan pose avec son autoportrait lors de l'avant-première de "Strip-Tease Historique" d'Orlan à la Galerie Ceysson & Bénétière le 18 février 2021 à Paris, France. ©Getty - Foc Kan / WireImage
L'artiste visuelle/interprète Orlan pose avec son autoportrait lors de l'avant-première de "Strip-Tease Historique" d'Orlan à la Galerie Ceysson & Bénétière le 18 février 2021 à Paris, France. ©Getty - Foc Kan / WireImage
Publicité
Résumé

Dès les années 1960, Orlan interroge le corps et les canons esthétiques qui le façonnent. Son engagement, sa liberté, son féminisme font partie intégrante de son œuvre. Ce soir, elle est notre invitée à l’occasion de la parution de son autobiographie "Orlan, Strip-Tease : tout sur sa vie, tout sur son art" (Gallimard)

avec :

ORLAN (Artiste plasticienne transmédia et féministe française).

En savoir plus

Dans un questionnement sur la fatalité génétique et les canons esthétiques assignés aux femmes dans notre société, Orlan multiplie les performances et transforme son apparence par la chirurgie. 

M’attaquer à ce masque et former mon propre masque. On va toujours de masque en masque mais celui-ci je l’ai choisi.

Publicité

Ce ne sont qu’un médium pour l’artiste : l’idée prime, la matérialité suit. Son corps est pensé comme un artefact qui lui sert à montrer que la beauté n’est qu’une question d’idéologie dominante. Par un geste opératoire, ORLAN apporte à son visage une forme de monstruosité avec des implants pour pommettes déplacées au niveau des tempes : “Ils sont devenus des instruments de séduction. C’est ma décapotable.” 

Que veux-dire avoir un sexe, et surtout, un sexe féminin ?” demande Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe. Cette recherche est au cœur de la démarche artistique d’Orlan. En écho à “L’Origine du monde” de Gustave Courbet où s’étale un sexe féminin, elle présente dans son œuvre “L’Origine de la guerre” l’organe masculin en érection, symbole du pouvoir souverain et de la virilité, comme l’origine de la guerre entre les sexes.

“Ces centimètres de chair en plus, qu’est-ce que cela fabrique ?” 

Son autobiographie "Orlan, Strip-Tease : tout sur sa vie, tout sur son art" permet d’inscrire dans la continuité de sa démarche artistique des performances gravées dans les mémoires. Mais, loin de constituer des mémoires qui se situeraient hors du champs de la création, cette oeuvre littéraire fait partie intégrante de son art au même titre que toutes les autres. Pour Orlan : “Le moi est une fiction.

Musiques : 

  • Brigitte Fontaine, Dévaste-moi
  • ORLAN et Hornet, Slow sexuel
  • Billie Eilish, Your Power 

Archives : 

  • Archive Ina du 04 novembre 1949 (au micro de Claudine Chonez) : Simone de Beauvoir à propos des questions sexuelles et philosophiques au moment de la parution du Deuxième sexe
  • Extrait d’un enseignement du 24 mars 1981 donné à l’université Paris 8 : Gilles Deleuze sur la peinture et la philosophie
  • Archive Ina du 20 mars 1954 : Jean Dubuffet à propos de grotesque dans l’art

Générique Veridis Quo des Daft Punk