Salman Rushdie ©Radio France - Anne Audigier
Salman Rushdie ©Radio France - Anne Audigier
Salman Rushdie ©Radio France - Anne Audigier
Publicité
Résumé

Dans "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" (Actes Sud, 2018), Salman Rushdie convoque "Les Mille et une nuits" et Averroès. L'écrivain explique à Laure Adler comment il déconstruit l'écriture afin de créer une nouvelle façon de raconter des histoires.

En savoir plus

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" aux Editions Actes Sud

Paraît que Shéhérazade est jalouse ! Pour son douzième livre, Salman Rushdie a choisi un conte, un conte peuplé de Djinns, qui décrypte sur le mode de la fable notre monde contemporain. Une histoire qui également des résonances autobiographiques. Il y est beaucoup question de Bombay et de l’Inde où l’écrivain a grandi, mais aussi de New York où il a élu résidence depuis quelques années, un New York futuriste de fin de troisième millénaire, bigre !

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

"En tous les cas, dans les temps anciens avant la séparation des Deux Mondes, on disait que chacun avait son propre jinn ou sa jinnia qui lui chuchotait à l'oreille, l'incitant à des actes bons ou mauvais. Comment choisissaient-ils leurs partenaires humains et pourquoi s'intéressaient-ils tellement à eux, cela demeure un mystère. Peut-être n'avaient-ils pas grand-chose d'autre à faire. La plupart du temps les jinns semblent individualistes, voire anarchistes, ils n'agissent qu'en fonction de leurs propres envies et ne se soucient ni d’organisation sociale ni d'activités de groupe. Mais on raconte d'autres histoires de guerres entre des armées rivales de jinns, de conflits épouvantables qui ébranlèrent le monde des jinns jusqu'à ses bases et qui, si elles sont vraies, pourraient expliquer la diminution du nombre de ces créatures et leur longue absence de ce cher monde où nous demeurons." Extrait de "Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie aux Éditions Actes Sud.

Traduction : Zloto

  • « Qu’est-ce que je peux faire ? » extrait du film « Pierrot le fou » de Jean Luc Godard
  • Archive INA du 6 juillet 1984 : Bruce Chatwin à propos de son intérêt pour l’archéologie.
  • Extrait du documentaire ARTE « Philip Roth, sans complexes » en 2010 : Philip Roth évoque son identité juive.

Musiques :

  • "Walk on the Wild Side" de Lou Reed
  • "The Ground Beneath Her Feet" de U2

Générique : Veridis Quo des Daft Punk

Références

L'équipe

Laure Adler
Production
Véronique Barnet
Réalisation
Anne-Sophie Dazard
Collaboration