Illustration du livre de la philosophe, Elsa Dorlin, “Se défendre. Une philosophie de la violence” (La Découverte).
Illustration du livre de la philosophe, Elsa Dorlin, “Se défendre. Une philosophie de la violence” (La Découverte).
Illustration du livre de la philosophe, Elsa Dorlin, “Se défendre. Une philosophie de la violence” (La Découverte).  ©Getty - Miljko
Illustration du livre de la philosophe, Elsa Dorlin, “Se défendre. Une philosophie de la violence” (La Découverte). ©Getty - Miljko
Illustration du livre de la philosophe, Elsa Dorlin, “Se défendre. Une philosophie de la violence” (La Découverte). ©Getty - Miljko
Publicité
Résumé

98 femmes sont décédées en 2020 sous les coups de leur compagnon. Education, culture de la violence, corps tuables des femmes, invisibilisation des féminicides… A l’occasion de la reparution de “Sexe, genre et sexualités : introduction à la philosophie féministe” (PUF), nous recevons ce soir la philosophe Elsa Dorlin.

avec :

Elsa Dorlin (philosophe, professeure de philosophie contemporaine à l’université de Toulouse Jean Jaurès).

En savoir plus

Quel lien établir entre le colonialisme, les féminicides ou encore le rapport de force entre policiers et manifestants ? Malgré leur grande diversité, ces phénomènes ont pour trait commun la violence qui les traverse et les structure, champ d’investigation de la philosophe et professeure Elsa Dorlin depuis plusieurs années. 

Elle identifie dans "Se défendre. Une philosophie de la violence" (La Découverte) une ligne de partage, qui oppose historiquement les corps "dignes d’être défendus" à ceux qui, désarmés ou rendus indéfendables, sont laissés sans défense. Ce "désarmement" organisé des subalternes pose directement, pour tout élan de libération, la question du recours à la violence pour sa propre défense.

Publicité

Qu'est-ce qu'une femme ?”, questionne Elsa Dorlin dans une tribune en 2019. Sa réponse est la suivante : “Un être violentable, tuable”. L’exposition des femmes à la prédation sexuelle, à la violence et au risque de mort est constitutive du rapport de pouvoir qui maintient le patriarcat. Et voiler cette réalité sociale par l'invisibilisation des féminicides assure la pérennité de la structure même des inégalités de genre. 

3 min

Pour Elsa Dorlin, le féminisme se fonde sur une pratique de soi et s’inscrit dans une tradition de luttes sociales qui s’attaquent au sexisme, à l’idéologie libérale et au racisme. Son ouvrage “Sexe, genre et sexualités : introduction à la philosophie féministe” (PUF) porte sur les philosophies féministes de ces cinquante dernières années, dont la richesse et l’engagement en font l’un des champs les plus novateurs de la recherche philosophique actuelle : le féminisme marxiste, le féminisme « post-moderne », le black feminism, l’intersectionnalité… 

Pour une nouvelle histoire de la domination. 

Musiques : 

  • Clara Luciani, La grenade 
  • Jeanne Added, War is coming 
  • Still Tab, Calvaire 

Archives : 

  • Archive Ina de 1977 : Michel Foucault à propos de la confession et le fait qu’il implique que chacun découvre sa vérité dans sa sexualité
  • Archives Ina du 25 février 1972 : Angela Davis, activiste noire américaine évoque son arrestation

Générique Veridis Quo des Daft Punk