Anne Imhof - Nadine Fraczkowski
Anne Imhof - Nadine Fraczkowski
Anne Imhof - Nadine Fraczkowski
Publicité
Résumé

L’artiste allemande Anne Imhof prend possession du Palais de Tokyo où elle compose une œuvre polyphonique. Elle y fait fusionner l’espace et les corps, la musique et la peinture, ses œuvres et celles de ses complices, une trentaine d’artistes invités. Toucher du doigt un art total, ce soir, dans l’Heure Bleue.

avec :

Anne Imhof.

En savoir plus

Emma Lavigne, directrice du Palais de Tokyo depuis 2019, accueille Laure Adler dans cette exposition carte blanche "Natures Mortes", réalisée par l’artiste allemande Anne Imhof à l’occasion de la réouverture du musée. "Cette carte blanche est presque existentielle, comme un nouveau point de départ pour le Palais de Tokyo.”

Après avoir assiégé le pavillon allemand avec sa performance Faust, récompensée par le Lion d’or à la Biennale de Venise en 2017, Anne Imhof prend ses quartiers dans un espace aux dimensions extraordinaires. Le temps de quelques mois, elle invente au Palais de Tokyo un nouvel espace-temps, qui prend le pouls de l’ici et maintenant.

Publicité

"Comme artiste, elle repousse sans arrêt les limites et la définition même de ce qu’est une œuvre d’art, par la conjugaison de la peinture, la sculpture, la musique, et un sens inouï de l’espace.“

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

L'œuvre d’Anne Imhof est teintée de l’héritage de Richard Wagner, le premier à réaliser une œuvre d'art “totale” au XIXe siècle. Seulement, la totalité qu’elle nous présente est fragmentée. Elle dirige les milliers de mètres carrés du Palais de Tokyo avec des œuvres de tous médiums qui entrent parfaitement en résonance, mais laisse au visiteur une immense liberté de mouvement dans sa propre déambulation.

"L’œuvre d’Anne Imhof est un territoire non balisé, c’est la création d’un désir.”

Portrait de l'artiste plasticienne Anne Imhof
Portrait de l'artiste plasticienne Anne Imhof
- Nadine Fraczkowski

Anne Imhof a commencé à dessiner à huit ans. Plus tard, elle s’entraîne à copier des peintures de Michel-Ange, dont les silhouettes la fascinent, elle en dissémine d’ailleurs tout au long de notre chemin au Palais de Tokyo. Elle déménage à Francfort, ville à la scène artistique bouillonnante et radicale, et, entre deux petits boulots, dont videuse de boîte de nuit, elle intègre une prestigieuse école d’art.

Je savais qu’il n’y avait pas de possibilité de faire autrement par l’art, même en dehors de ces écoles, j’aurais été dans cette direction, seulement ça aurait été fait d’une autre manière.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Anne Imhof s’intéresse à l’impression générale qui se dégage quand on travaille avec différentes productions artistiques qui communiquent : elles ont des liens entre elles qui vont au-delà de ce que l’on aurait pu imaginer. Cet écho se prolonge avec la connexion qui s’établit entre les œuvres de l’artiste et celles de ses invités, d’Eliza Douglas à Cy Twombly et bien d’autres, qui l’inspirent et nourrissent son travail.

La construction de la totalité est surprenante pour moi. Les choses créent par elles-mêmes.”

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Emma Lavigne nous entraîne dans le parcours de l’exposition. Chaque espace suit la dynamique de l’architecture du palais, la souligne, la démultiplie, la fragmente, fait naître de nouvelles perspectives. Des scènes, en suspens, où parfois surgissent des corps énigmatiques. Un passage de verres taggés récupérés dans une usine désaffectée près de Turin, qui offre au visiteur une autre façon de regarder. Et ces hublots d’avion, autant de points de fuite qui enrichissent notre perception des œuvres. Plus que son art, c’est tout son rapport au monde que nous laisse entrevoir Anne Imhof. Conclusion de l’artiste :

Lorsqu’on est parfaitement immergé dans ce que l’on fait, il y a presque un souhait d’aliénation du soi dans cette entreprise.

Exposition "Natures Mortes" au Palais de Tokyo, du 22/05/2021 au 24/10/2021.