Doigby, icône de l'e-sport
Doigby, icône de l'e-sport
Doigby, icône de l'e-sport - Doigby
Doigby, icône de l'e-sport - Doigby
Doigby, icône de l'e-sport - Doigby
Publicité
Résumé

Le streamer indépendant comptabilisant plus d'un million d'abonné•es sur Twitch est l'invité de Sonia Devillers. Plongée avec lui dans le bain bouillonnant du e-sport, le jeu vidéo hissé au rang de compétition et de la compétition en ligne, avec des équipes et des entraînements ultra exigeants.

avec :

Doigby (Streamer).

En savoir plus

Mon invité a pour pseudo Doigby. Il a joué aux jeux vidéo, beaucoup, et il en a tiré un métier. Il n’est pas exactement commentateur de parties, mais animateur d’émissions autour du jeu vidéo ou bien interlocuteur des joueurs pendant les parties, histoire de prendre la main des spectateurs, d’expliquer les règles et les enjeux du jeu. Imaginez Bixente Lizarazu et Grégoire Margotton posant leurs voix sur un match de foot et bien Doigby, c’est un peu le Grégoire Margotton du jeu vidéo. 

Questions aussi sur la façon de médiatiser des pratiques culturelles devenues majeures. Vous verrez que tous les médias traditionnels ne s’y prêtent pas….  

Publicité

Un enfant de la TV 

Un enfant de la TV qui maitrise aujourd'hui des jeux sur de nouveaux médias et promeut une nouvelle industrie culturelle. 

Doigby : "Je pense que l'inspiration vient généralement de la TV, de plein d'émissions cumulées. J'ai eu la TV extrêmement tôt dans ma jeunesse, dans ma chambre. C'était un peu mon refuge. J'ai beaucoup d'heures de visionnage de télévision dans ma vie. Des pubs aussi. C'est ce qui a peut-être contribué à créer une certaine ambition chez moi d'essayer de s'en sortir pour accéder à toutes ces richesses qu'offre aujourd'hui le numérique".

Celui qui joue à Candy Crush est lui aussi un gamer !

On est tous un peu joueurs en 2021

Doigby : "Ça peut être même aller des mots croisés dans un magazine, se challenger et chercher à se dépasser, mesure son niveau, en se comparant et jouant avec les autres". 

Quelles sont les caractéristiques d'un jeu vidéo qui se prête au e-sport ?

Doigby : "L'égalité des chances en premier lieu. Et, en même temps, il faut avoir cette capacité, dans le jeu, à être le plus proche et le plus stable possible, comme l'est par exemple le football, où les règles n'ont pas évolué énormément en plusieurs dizaines et centaines d'années. Le jeu vidéo, certes, on vient y ajouter des packs de jeux extensibles, des mises à jour pour toujours créer de la nouveauté, de la subtilité, forcer les joueurs à repartir à zéro, mais, un bon jeu e-Sports, c'est un jeu équilibré qui laisse les mêmes chances à tout le monde, qui ne se joue pas forcément à plusieurs"

Le jeu Starcraft par exemple, c'est du 1 contre 1, comme letennis peut l'être. Mais c'est aussi une sorte de partie d'échecs, avec les réflexes d'un pianiste tout en même temps". 

Dans un jeu comme "Assassin's Creed", le e-sport s'y prête ? 

Une série de jeux vidéos se déroulant à diverses périodes historiques, de l'antiquité, au Moyen-âge durant l'ère des Viking, jusqu'aux temps les plus récents de la Révolution française, industrielle, américaine… Le joueur se retrouve en pleine immersion dans un contexte historique totalement reconstitué d'après des travaux de recherche effectués par une équipe d'historiens : 

Doigby : "Il y a une catégorie qui s'appelle le speedrun, qui consiste à faire des missions dans un temps imparti. On vient se challenger pour savoir celui qui va réussir à faire la mission le plus vite possible en trouvant des astuces que d'autres n'imaginent pas forcément. Cela peut se jouer à 2 ou 3 secondes près sur certaines parties de la mission. 

On cherche toujours à se challenger, à interagir avec les autres

Les origines de sa passion pour le e-sport, ses débuts avec "League of legend"

Doigby : "Le jeu vidéo, on l'a tous un peu découvert chez nous, dans notre chambre, dans notre petit coin sans qu'il y ait besoin d'internet. Puis ensuite, dès que ça a commencé à se démocratiser, à être plus accessible, on allait se challenger face aux copains de classe, face au meilleures de nos connaissances. Au final, on s'est rendu compte que ce qu'on préfère tous, ça reste de se voir en vrai. Du coup, ces compétitions-là ont une émotion particulière. 

Mon expérience de joueur, je la tiens depuis ma plus tendre enfance avec mes Nitendo et mes Game Boy, qui étaient toutes très populaires à mon époque, puis l'arrivée aussi des premières consoles comme la PlayStation, qui a beaucoup marqué. 

Forcément, depuis que je suis tout petit, j'ai eu la chance de tomber dedans et de m'y épanouir. Par contre, effectivement, ce qui m'a rendu professionnel dans ce milieu-là, ça a été League of legend, un jeu très populaire. C'est un 5 contre 5 où le but est de détruire la base adverse. Entre temps, il se passe plein de péripéties. C'est un énorme mix entre la réflexion qu'on doit avoir aux échecs, les coups d'avance, anticiper ce que peut faire l'adversaire, tout en ayant la rapidité d'exécution et la coordination d'un match de basket. Cela demande de la coordination et de la rapidité de réflexion

Le jeu vidéo, ce sont de belles valeurs qui permettent aux gens de se réunir et de vivre des émotions similaires au même instant. Comme le fait le sport quand un but et marqué et qu'on l'exulte".

▶︎ La suite à écouter…

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Sonia Devillers
Sonia Devillers