Ivan Levaï en mars 2014 ©Maxppp - Vincent Isore/IP3 press
Ivan Levaï en mars 2014 ©Maxppp - Vincent Isore/IP3 press
Ivan Levaï en mars 2014 ©Maxppp - Vincent Isore/IP3 press
Publicité
Résumé

Pour refermer cette semaine spéciale à l'occasion des 100 ans de la radio, Sonia Devillers reçoit Ivan Levaï, directeur de l'information de Radio France de 1989 à 1996.

avec :

Ivan Levaï (Journaliste, ancien directeur de l’information à France Inter.).

En savoir plus

Pour clore cette semaine, nous avons voulu réfléchir aux multiples visages de l’info. Ou plutôt à la construction progressive de ce que vous connaissez sous le nom de "matinale". Ce grand rendez-vous de début de journée n’est pas né avec les ondes, il a même été pensé très tardivement dans l’histoire du média. De Philippe Gildas, le pionnier, à Nicolas Demorand, le taulier, comment s’est architecturée cette tranche dans laquelle les journaux alternent aujourd’hui avec les éditorialistes, les chroniqueurs, les reportages, les invités, les auditeurs au téléphone, et aujourd’hui, les humoristes ? Une évidence pour nous tous, une conquête pour la radio.

Extraits de l'entretien avec Ivan Levaï

Sonia Devillers : Vous publiez votre autobiographie sous le titre "Une minute pour conclure". On peut conclure en une minute ?

Publicité

Ivan Levaï : Ben non ! Ou alors par un bref coup de sifflet.

SD : En 1983, vous êtes directeur d’Europe 1, en 1989 vous êtes à la revue de presse de France Inter et surtout le Directeur de l’information de Radio France. Comment sont nées les matinales d'info, au début ? Il y avait même des jeux…

Ivan Levaï : "Oui c’est vrai, Pierre Bouteiller, un humoriste et un amoureux de la langue, se moquait du ton emphatique des matinales avec la participation des auditeurs pour les jeux. Il y en avait peu, c’était parfaitement ridicule… Et le 6/9 parce que les sondeurs qui regardaient comment faire de l’audience (et donc de l'argent) avaient évalué à 18 minutes le temps d’écoute de l’auditeur moyen entre son réveil qui sonne et son départ au travail. 

En 18 minutes on proposait donc à l’auditeur du service public de la musique pour respirer et de l’information. Dans, le privé on ajoutait de la publicité."

SD : Début des années 1980, quand vous êtes directeur de l’info à Europe 1 vous vous emparez du séquençage des journaux et de la tranche d’info du matin… 

Ivan Levaï : "Oui. D'abord j’avais un  grand voisin, Etienne Mougeotte, qui venait de l’Express qui avait une tête bien faite, de la culture et une jolie voix. Et puis des patrons formidables, leur question était : « Il nous faut beaucoup d’auditeurs consommateurs et pour cela il fallait être libres et indépendants politiquement et idéologiquement » "

SD : En 1982 on parle de la "radio des copains" pour désigner France Inter, Le Figaro évoque un "endoctrinement en règle ". Quand on était à Europe 1, on regardait France Inter comme une radio sous le carcan de l’Etat ?

Ivan Levaï : "Non, moi j’avais une copine ici, Eve Ruggieri, elle avait une voix formidable et beaucoup de culture, je passais à la même heure qu’elle, les gens l’écoutaient d’un bout à l’autre."

SD : Pourquoi 8h30 pour la revue de presse ?

Ivan Levaï : 

8h30 c’est l’heure des cadres, les bourgeois et l’élite se lèvent plus tard que les travailleurs et les ouvriers.

On disait pour les ouvriers : le sport, les faits-divers... et l’analyse des faits d’actualité c’était plus tard à 8h30. Beaucoup de gens oublient que la revue de presse est née avant-guerre… Je voudrais évoquer Daniel Saint-Hamont un grand oublié qui a marqué cet exercice de la revue de presse."

SD : Parlez-nous du rythme des matinales qui nous semble de plus en plus rapide…

Ivan Levaï : "Il y a quarante ans, on prenait le temps. J’ai eu pour voisins Milan Kundera et sa femme. Lorsque je les croisais ils me disaient qu’on parlait trop vite. Je me suis alors demandé si on laissait le temps d’écoute à ceux qui maitrisent moins bien le français. 

Aujourd’hui on a tendance à tout coller, ça ne respire plus !

La suite à écouter

Aller plus loin :

📖 LIRE : Une minute pour conclure, Ivan Levaï, Ed. Le cherche midi

🎧 ECOUTER : La revue de presse d’Ivan Levaï (2013) 

🎧 ECOUTER : La revue de presse de Claude Askolovitch (2021)