vidéo
Capture écrande la page d'accueil du site Tipee - .
Capture écrande la page d'accueil du site Tipee - .
Capture écrande la page d'accueil du site Tipee - .
Publicité
Résumé

Dans la tourmente depuis un documentaire diffusé par France 2, Michael Goldman, patron de la plateforme de financement participatif Tipeee, maintient la barre. Il refuse d'expulser les créateurs de contenus accusés de complotisme ou d'antisémitisme tant qu'ils n'ont pas été condamnés.

En savoir plus

Tipeee est une start-up florissante prise au cœur d’une vaste polémique qui en dit long sur notre époque. La plateforme se présente comme un outil qui permet à des chaînes Youtube, des vidéastes, des sites d’info, des forums d’en appeler à la générosité de leur communauté. Grâce à Tipeee, vous pouvez faire des dons – petits ou grands – à des projets que vous voulez soutenir.

Sauf que parmi ses projets, il y a, à l’image du Web, à boire et à manger. Une kyrielle de contenus sur la science, l’Histoire, le cinéma, les jeux vidéo, formidable. Il y a aussi des propos conspirationnistes, racistes, antisémites… qui y transitent, qui y trouvent de l’argent et qui en rapportent à Tipeee. Interrogé par une équipe de France 2 sur sa responsabilité dans le financement des fausses informations, le fondateur, Michael Goldman, a lâché une phrase terrifiante, expliquant qu’il soutenait tous ceux que la justice n’a pas condamnés, même les pires. Il souhaite s’en expliquer ce matin.

Publicité
Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Anna Finot
Stagiaire
Anne-Cécile Perrin
Collaboration
Redwane Telha
Collaboration