vidéo
Laurence Boccolini en septembre 2017 à Paris ©Getty - Stephane Cardinale - Corbis
Laurence Boccolini en septembre 2017 à Paris ©Getty - Stephane Cardinale - Corbis
Laurence Boccolini en septembre 2017 à Paris ©Getty - Stephane Cardinale - Corbis
Publicité
Résumé

Depuis août, Laurence Boccolini est aux manettes de Tout le monde veut prendre sa place sur France, en remplacement de Nagui. L'Instant M reçoit également Pauline Ades-Mevel, porte-parole de Reporters sans frontière, pour évoquer la situation des journalistes en Afghanistan.

avec :

Laurence Boccolini (animatrice), Pauline Adès-Mevel (Porte-parole de Reporter sans Frontières).

En savoir plus

Au cœur du mois d’août, Laurence Boccolini a pris une place plutôt convoitée à la télé, celle de Nagui, dans « Tout le monde veut prendre sa place », le jeu du déjeuner sur France 2. Laurence Boccolini anime des jeux télé depuis 25 années. Elle est même une des rares femmes à s’y être imposée. Nombreuses sont les questions sur ces formats populaires à l’heure où la télévision change profondément, où le temps passé sur le Web et les plateformes type Netflix s’allonge démesurément, à l’heure où le jeu est à la portée du premier clique sur nos smartphones. Après tout, qu’est-ce qui fait qu’on regarde encore des gens jouer à la télé ?

Extrait de l'entretien

Les jeux télévisés sont un des moments de la télévision où on voit le plus de Français dans leur diversité et surtout dans leur stricte réalité, très loin de la téléréalité, justement. La particularité de Tout le monde... c'est que l'animatrice consacre un long moment en début d'émission à faire connaissance avec ses candidats : "J'aime bien les candidats et j'ai toujours l'impression que je suis à un dîner ou un déjeuner avec des gens que je ne connais pas. J'adore ça. Et, il y a un truc que je n'aime pas, et les candidats le savent, c'est quand ils cachent leur accent. Ils sont effrayés. Ils me disent 'j'espère que ça ne s'entend pas trop'. Et donc, je leur dis 'si vous avez un accent, gardez-le'. Je trouve que c'est une diversité extraordinaire et c'est ce qui vous fait le petit accent." 

Publicité

Nagui était physiquement proche des candidats, Laurence Boccolini s'est éloigné et présente l'émission assise. C'était une façon de se démarquer de son prédécesseur mais pas seulement. "Un jour Jean-Pierre Foucault m'a dit :

Toi et moi, on est des animateurs assis

Je ne présente pas de la même manière quand je suis debout et quand je suis assise. Dans Le maillon faible, j'étais debout, mais c'était un rôle. Il fallait vraiment vraiment être face aux candidats. Dans Money Drop, à la base, l'animatrice est debout entre les candidats. J'ai essayé une première fois, mais on se demandait ce que je faisais là entre les candidats quand ils réfléchissent pendant dix minutes. Alors je me suis assise. Et c'est resté."

On est comme on est. Oui, on me voit de dos. Oui, j'ai des grosses fesses. Et des fois, c'est froissé dans mon dos. Mais c'est comme ça, c'est naturel. C'est la vie

De nombreux parents se demandent aujourd'hui pourquoi leurs enfants passent tant de temps sur YouTube et sur Twitch à regarder des streamer et des YouTubeurs jouer aux jeux vidéo. Mais en fait, ça existe depuis le début de la télé.

"Vous regardez des gens perdre, gagner, pleurer, rire, se mettre en danger, se planter, etc. C'est le jeu de la vie, parfois même sans idée de vouloir être à leur place. C'est un spectacle du quotidien. Vous regardez des gens qui sont comme vous, et c'est agréables." 

Journalistes en Afghanistan aujourd'hui

L'émission de ce mardi est aussi l'occasion d'un bref détour par l’actualité. Lundi 20 septembre est paru dans « Le Monde », un texte très fort, signé de 103 journalistes afghans restés anonymes pour des raisons évidentes de sécurité. Ils appellent à l’aide les institutions internationales. L’ONG Reporter sans frontière les soutient et leur prête sa voix, en l'occurrence celle de sa porte-parole, Pauline Ades-Mevel, car si nous les interrogions directement, nous les mettrions en danger.

Références

L'équipe

Sonia Devillers
Sonia Devillers
Sonia Devillers
Production
Anna Finot
Stagiaire
Anne-Cécile Perrin
Collaboration
Redwane Telha
Collaboration