Vincent Bolloré
vidéo
Vincent Bolloré ©AFP - Eric Piermont
Vincent Bolloré ©AFP - Eric Piermont
Vincent Bolloré ©AFP - Eric Piermont
Publicité

"Comment Vincent Bolloré mobilise son empire médiatique pour peser sur la présidentielle", c'est le titre d'une enquête fleuve menée par Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, journalistes au journal "Le Monde". Elles décortiquent la stratégie du magnat des médias pour imposer ses thèmes réactionnaires.

Avec

Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, grand reporters au Monde, ont enquêté sur Vincent Bolloré. Le milliardaire breton à la tête de Vivendi, c’est-à-dire Canal+, C8, CNews, mais aussi 45 maisons d’éditions, a racheté un grand groupe de presse magazine, Prisma, est en train d’avaler les médias de Lagardère, Europe 1, "Paris-Match", "Le Journal du Dimanche" et il ne se passe pas un jour sans qu’Eric Zemmour et lui ne se téléphone.

Au grand dam des candidats de la droite, au grand dam de Marine Le Pen qui assistent effarés et impuissants à la constitution d’un empire médiatique au service de Zemmour.  Vincent Bolloré qu’on pensait d’une droite libérale classique a-t-il changé du point de vue idéologique ? De Vincent Bolloré on a souvent parlé d’opportunisme et de cynisme. "Le Monde" met au jour un projet politique.   

Publicité

L'enquête, publiée le 16 novembre sur le site du "Monde", fait la couverture du l'hebdomadaire "M", qui paraît ce vendredi en format papier.

Extraits de l'entretien 

Comment vous avez déroulé le fil de cette enquête ?

Raphaëlle Bacqué : "On raconte deux déjeuners qui ont eu lieu. Le premier, il y a un peu plus d'un an, à l'initiative de Nicolas Sarkozy et d'Emmanuel Macron. 

Ça s'était passé à peu près convenablement, sauf une petite phrase de Brigitte Macron qui avait exaspéré Vincent Bolloré. Elle lui avait dit : "qu'est-ce qu'on peut faire pour vous ?" Et ce n'est pas quelqu'un à qui on peut dire ça. Il a l'habitude d'être reçu comme un quasi chef d'Etat. 

Et, surtout, depuis plus d'un an, il a le sentiment que l'Elysée lui met des bâtons dans les roues. Il en est convaincu. Il y a comme une espèce de lutte de pouvoir avec le président de la République, plus jeune que lui. Et l'âge est quelque chose de très important pour Vincent Bolloré. C'est une angoisse qui le tenaille sans cesse". 

Il s'est mis en tête que ce président a perdu la bataille civilisationnelle

À tout prix contre le chef de l'Etat qu'il veut voir perdre aux élections de 2022 ?

RB : "On voit bien que tous les témoignages concourent à dresser la même figure. Vincent Bolloré mène une guerre contre le chef de l'Etat pour imposer aussi ses propres idées qui sont très à droite". 

Un empire médiatique toujours plus à droite ?

RB : "Il installe un certain Patrick Mahé, 74 ans, à la tête de Paris-Match. Si officiellement, Vincent Bolloré n'est pas un actionnaire principal de Lagardère, c'est lui qui décide déjà de tout. 

Patrick Mahé est un vieux complice de Vincent Bolloré, qui a milité dans sa jeunesse au sein du "groupe Occident". Un groupe qui, dans les années 60 et 70, était très à droite qui militait pour la défense de l'Occident chrétien".

Cnews et l'effet Zemmour

RB : "On a vraiment passé un cap sur Cnews, cette petite chaîne d'info continue qui ne fait que monter (qui a même triplé son audience) et qui a offert un strapontin à Eric Zemmour depuis l'année dernière. 

C'est vraiment la première fois qu'on a, à une heure de grande écoute, tranquillement, pendant 20 minutes quelqu'un comme Renaud Camus, récemment invité, qui énonce sa théorie raciste.

Boloré et Zemmour sont très proches et non seulement ils partagent les mêmes idées, mais évidemment, ce que Vincent Bolloré aime aussi dans Eric Zemmour, c'est le succès qu'il a apporté à Cnews : depuis qu'Eric Zemmour y officie, la chaîne a triplé ses audiences. Il y a un mélange entre les intérêts économiques et le partage d'idées politiques.

Vincent Bolloré, grand cynique et opportuniste mais pas seulement ?

RB : "On a toujours voulu croire que c'était une stratégie purement marketing. C'est aussi une forme d'adhésion". 

L'importance de la sphère catholique qui entoure Vincent Bolloré

RB : "Il l'a rendue publique depuis très longtemps. CNews est devenue l'un des porte voix du catholicisme français. 

Les mots qu'emploie Vincent Bolloré ressemblent à une croisade

La défense de l'Occident chrétien, c'est cela en partie. Il a la volonté de défendre une culture, une religion, comme si elle était assiégée. C'est bien l'idée des croisés". 

La suite à écouter…