Centrale photovoltaïque en Chine ©Getty -  Yaorusheng
Centrale photovoltaïque en Chine ©Getty - Yaorusheng
Centrale photovoltaïque en Chine ©Getty - Yaorusheng
Publicité
Résumé

La première centrale photovoltaïque flottante de France est en train de voir le jour à Piolenc (Vaucluse), installée sur un lac artificiel. Explications avec David Marchal, directeur exécutif adjoint de l'expertise et des programmes au sein de l'ADEME, invité de Mathilde Munos à 6h20.

avec :

David Marchal (Directeur exécutif adjoint de l'expertise et des programmes à l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME)).

En savoir plus

"Le principal intérêt est de gagner de la place, de la surface au sol, mais aussi du rendement" estime David Marchal de l'Ademe, à propos de l'énergie photovoltaïque. Le fait que cette nouvelle centrale soit installé sur des flotteurs "complexifie un peu" l'installation, mais les intérêts sont nombreux : "Plus petites que les centrales classiques, on peut les installer un peu partout, par exemple dans des friches industrielles".

53 min

Selon ce directeur exécutif adjoint de l'expertise et des programmes à l'Ademe, le photovoltaïque représente "à peu près 4 % de la production française, mais tend désormais vers les 20 %"  : "C'est une des nouvelles formes d'électricité qui coûte le moins cher à produire, parmi les plus compétitives". 

Publicité

Sur les panneaux photovoltaïques, "le monde asiatique inonde le marché" explique-t-il, mais "en France , on privilégie les panneaux qui sont plus faible en émission de Co2 à la fabrication". "C'est une filière d'avenir, propre , qui permet de développer de l'autoconsommation" affirme David Marchal, citant par exemple le cas de "plus en plus de grandes surfaces qui mettent du photovoltaïque sur leur toit".