A Bristol, la statue d'Edward Colston marchand d'esclaves démontée par les civils ©AFP - Giulia Spadafora
A Bristol, la statue d'Edward Colston marchand d'esclaves démontée par les civils ©AFP - Giulia Spadafora
A Bristol, la statue d'Edward Colston marchand d'esclaves démontée par les civils ©AFP - Giulia Spadafora
Publicité
Résumé

Emmanuel Fureix, historien, professeur à l'université Paris-Est Créteil est l'invité de Mathilde Munos.

En savoir plus

Alors que plusieurs monuments ont été attaqués dans le cadre des mouvements de protestation "Black Lives Matter", parti des États-Unis et qui gagnent l'Europe, l'historien constate que "l'intensité de ces mouvements, de ces destructions s'est accéléré depuis 2015". Il note : "Pendant la Révolution Française, on a pas détruit d'abord les statues des rois, mais les signes de féodalité, la noblesse, puis les manifestants se sont attaqués aux signes des monarques, puis aux signes religieux".

3 min

"Ce sont des questions liées à des aspects mémoriels", poursuit Emmanuel Fureix, qui évoque les récentes dégradations subies par les statues de figures comme Churchill : "Quels sont les grands hommes qui n'ont pas une ombre à leur tableau ? Mais, "du graffiti au déboulonnage, les statues prennent la température de la société".

Publicité

Que faire alors de ces monuments ? "L'arbitrage doit être fait par des autorités politiques et démocratiques, comme lorsque l'on nomme les noms de rue. Depuis le 19e sicèle en France, 3 800 statues ont été érigées, toutes n'ont pas donné lieu à des controverses".

Faut-il déboulonner à tous prix ? "Les révolutions ont depuis le début organisé des compromis" rappelle Emmanuel Fureix.  On peut alors imaginer des solutions différentes pour ces statues qui posent problème : "apporter un message explicatif, dans le cas de grands hommes controversés, ou organiser des promenades urbaines comme celles inventées à Bordeaux sur la mémoire négrière de la ville" ou bien encore les "isoler dans un musée pour les dépolitiser".

Et l'historien avance alors la proposition du street-artist Bansky, originaire de Bristol, où, précisement, la statue du négrier Edward Colston a été déboulonnée et jetée à l'eau : il préconise de réinstaller le monument, mais en lui joignant aussi les statues de manifestants en train de le déboulonner.