Un couple sur quatre a des difficulté à avoir un enfant la première année de tentatives.
Un couple sur quatre a des difficulté à avoir un enfant la première année de tentatives. ©AFP - Jerome Leblois
Un couple sur quatre a des difficulté à avoir un enfant la première année de tentatives. ©AFP - Jerome Leblois
Un couple sur quatre a des difficulté à avoir un enfant la première année de tentatives. ©AFP - Jerome Leblois
Publicité

Semaine de sensibilisation à l’infertilité jusqu'au 7 novembre : Virginie Rio présidente et cofondatrice de l'association BAMP!, Association de patients et ex-patients de l'AMP, de personnes infertiles est l'invitée de 6h20.

Avec
  • Virginie Rio présidente et cofondatrice de l'association BAMP!

"Infertilité, tous concernés", c'est le slogan de la nouvelle semaine de sensibilisation à l'infertilité, lancée par le collectif BAMP, une association de patients et d'anciens patients ayant eu recours à l'aide médicale à la procréation, dont Virginie Rio est la présidente. 

"Il faut donner de la visibilité au sujet de l'infertilité, au sujet du recours de l'assistance médicale à la procréation et aussi pour faire entendre les voix des patients, pour que les patients puissent aussi entendre les professionnels. C'est vraiment un temps et un espace qui nous semblait nécessaire dès la création de l'association. Pour nous, c'est un vrai problème de santé publique. Mais là, encore plus cette année, car le plan fertilité a été voté dans le cadre de la loi de bioéthique pour que, justement, le sujet sorte de l'intimité des couples. Qu'il soit considéré comme un vrai sujet de santé publique parce qu'il y a de plus en plus de personnes infertiles. Il y a de plus en plus de couples ou de personnes seules qui ont besoin de recourir à l'assistance médicale à la procréation pour essayer d'avoir des enfants."

Publicité

Sensibiliser aux causes

Début 2021, l'Ined (Institut national d'études démographiques) et l'inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) ont révélé dans leur dernière étude qu'un couple sur quatre n'arrive pas à avoir une grossesse au bout d'un an d'essai. Comme l'explique Virginie Rio, il y a plusieurs causes à cette infertilité, dont certaines "qui se croisent" : "Dans la population française en général, on commence à faire des enfants de plus en plus tard. Donc, l'âge est un facteur naturel, entre guillemets, d'infertilité. Et vous, vous croisez ça avec les difficultés procréatives liées aux pollutions, aux modes de vie moderne, aux perturbateurs endocriniens. Du point de vue de l'infertilité masculine, la qualité et la quantité de spermatozoïdes baissent depuis plus de 50 ans." 

"L'infertilité touche autant les hommes que les femmes. On dit que dans un couple hétérosexuel, il y a 30% d'infertilité d'origine masculine, 30% d'origine féminine, 30% mixte (les deux partenaires ont des difficultés procréatives). Et il reste aussi 10% qu'on intitule 'infertilité inexpliquée', ou en tout cas inexpliquée en l'état actuel de la science."