Agnès Evren lors du Conseil national de lancement des élections législatives. ©Maxppp - IP3 PRESS
Agnès Evren lors du Conseil national de lancement des élections législatives. ©Maxppp - IP3 PRESS
Agnès Evren lors du Conseil national de lancement des élections législatives. ©Maxppp - IP3 PRESS
Publicité
Résumé

À trois jour du second tour des élections législatives, Agnès Evren vice-présidente des LR et députée européenne est l'invitée du 6h20.

En savoir plus

Agnès Evren, vice-présidente des LR indique que le parti espère un "groupe entre 50 et 70 députés" à l'Assemblée Nationale. "Si on est 78, ce serait déjà pas mal", ajoute-t-elle, "compte tenu du score de 4,7%" à l'élection présidentielle, "un accident industriel".

"Il vaut mieux en groupe d'opposition utile comme le nôtre, que 150 [députés de la Nupes] qui vont brailler et qui vont être dans une opposition brouillonne et bruyante. Ce n'est pas [ce que] les Français souhaitent", déclare-t-elle. Selon elle, si un tel groupe est formé à droite au Parlement, "ce serait le premier étage de la refondation de la droite".

Publicité

Concernant la posture de la droite comme groupe d'opposition, "on sera une droite républicaine indépendante, une opposition utile mais pas soumise", poursuit Agnès Evren. "Il est important que nous soyons nous aussi un acteur central des réformes et une forme de proposition alternative sur tous les sujets de préoccupation des Français." Elle cite notamment "le pouvoir d'achat", "la sécurité", ou "la dette".

Elle juge important que la droite se positionne dans l'opposition, car "si demain la seule alternance qui se dessine ce sont les extrêmes, ça veut dire que vous n'avez pas le choix : si vous ne soutenez pas Emmanuel Macron, vous devez choisir entre Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Non, heureusement que demain, l'alternance ça peut être la droite républicaine."

Met-elle un signe égal entre la Nupes et le RN ? "Oui, complètement, pour moi ce sont des populistes d'extrême gauche et d'extrême droite". Pour qui appelle-t-elle à voter dans les circonscriptions où le duel Nupes-RN a lieu ? "Ça dépend des cas", mais sa ligne est "pas un vote aux extrêmes".