Le président brésilien sortant, Jair Bolsonaro, en meeting de campagne à Santos le 28 septembre 2022
Le président brésilien sortant, Jair Bolsonaro, en meeting de campagne à Santos le 28 septembre 2022 ©Maxppp - EPA/Guilherme Dionísio
Le président brésilien sortant, Jair Bolsonaro, en meeting de campagne à Santos le 28 septembre 2022 ©Maxppp - EPA/Guilherme Dionísio
Le président brésilien sortant, Jair Bolsonaro, en meeting de campagne à Santos le 28 septembre 2022 ©Maxppp - EPA/Guilherme Dionísio
Publicité

Élection présidentielle au Brésil : Bruno Meyerfeld, correspondant du Monde au Brésil et auteur du "Cauchemar brésilien" (Grasset 2022), est l'invité de 6h20.

Le Brésil vote ce dimanche pour se choisir un président, et décider qui va succéder à Jair Bolsonaro... si ce n'est pas Jair Bolsonaro lui-même. "Il y a toujours un suspens dans un pays aussi polarisé, aussi électrisé", assure Bruno Meyerfeld. "Lula est donné grand favori, les derniers sondages le donnent même gagnant dès le premier tour. Mais Jair Bolsonaro n'est pas du tout un candidat impopulaire, avec entre 35 et 40 % des voix dans les sondages. Il y a une vraie compétition."

"Il faut rappeler quelques chiffres pour comprendre le bilan catastrophique, voire criminel de Jair Bolsonaro", explique le correspondant du Monde au Brésil. "C'est près de 700.000 victimes du Covid-19, dont au moins 400.000 sont attribuables à ses actions, selon la commission d'investigation parlementaire sur le sujet. C'est près de 40.000 de km² de forêt amazonienne qui ont été rasés, comme si vous aviez passé un coup de tronçonneuse sur la Suisse. C'est 33 millions de Brésiliens, 15 % de la population, dans une situation de faim gravissime. Ce mandat a mis le pays à genoux et a créé de très profonds traumatismes."

Publicité