Valérie Rabault (PS) : "Il faut pouvoir s’entendre" avec LFI mais "nous avons un projet à défendre"

Jérôme Rivière et Valérie Rabault.
Jérôme Rivière et Valérie Rabault. ©AFP - *
Jérôme Rivière et Valérie Rabault. ©AFP - *
Jérôme Rivière et Valérie Rabault. ©AFP - *
Publicité

Présidentielle 2022: Valérie Rabault Présidente du groupe socialiste à l’assemblée nationale , députée PS du Tarn- et -Garonne et Jérôme Rivière Porte-parole ​d'Éric Zemmour, Vice-Président du parti Reconquête ! Député européen sont les invités de 6h20

Avec

"C’est avec une immense déception que j’ai appris ce score" reconnaît Jérôme Rivière, le porte-parole ​d'Éric Zemmour et vice-Président du parti Reconquête!, interrogé sur France Inter lundi. Dimanche, le Président sortant Emmanuel Macron a remporté l'élection présidentielle face à Marine Le Pen. Jérôme Rivière rappelle qu’il était encore le patron des députés RN au Parlement européen il y a six mois. "C’est indécent pour Marine Le Pen d’évoquer une victoire éclatante quand des millions de Français ont placé la totalité de leur espoir d’échapper à un second quinquennat d’Emmanuel Macron en votant pour elle."

Jérôme Rivière ne regrette pas d’avoir rejoint Eric Zemmour : "Malheureusement, ça conforte ce que j’ai imaginé." Il maintient qu’elle "n’était pas en mesure de gagner cette élection présidentielle""En 50 ans de création du Front national, quel bilan ? De bons scores aux élections présidentielles, mais pas de groupe à l’Assemblée nationale, quasiment pas d’élus au Conseil régional, aucun département aucune région. Une seule grande ville Perpignan…" Il a une certitude : "Avec le nom Le Pen, la victoire sera impossible." 73% des électeurs d’Eric Zemmour ont voté pour la candidate RN dimanche, 17% se sont abstenus. Jérôme Rivière apporte son analyse : "Elle a peu parlé aux électeurs d’Éric Zemmour. Elle n’a pas traité le bloc national."

Publicité

Le regard vers les législatives

De l’autre côté du spectre politique, Valérie Rabault, la présidente du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale et députée PS du Tarn- et –Garonne se réjouit de la victoire d’Emmanuel Macron : "Le vote du 24 avril devait signer la victoire et la préservation de la 5e République. Je suis soulagée mais pas satisfaite".

Elle constate la montée de l’extrême droite dans le pays. "Quasiment plus de 25 départements ont placé Marine Le Pen en tête. Pendant cinq ans, on n’a jamais été entendu. Les jeunes se sont détournés du Président élu".

Valérie Rabault regarde à présent vers les législatives. "Un combat s’engage". Elle croit "aux dynamiques" et ne veut pas parler de troisième tour concernant les élections de juin, comme le disent Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. "On reproche au régime présidentiel d'être trop vertical et d'être articulé autour d'une personnalité qui emporterait tout. Les législatives, c'est la capacité à faire en sorte que toutes les nuances, opinions et territoires puissent être représentées", estime-t-elle. "Je souhaite qu’il puisse y avoir une majorité de gauche, écologiste, socialiste, vous l’appelez comme vous voulez, la plus forte possible."