Manifestations contre la politique zéro Covid à Pékin (Chine) le 27 novembre 2022
Manifestations contre la politique zéro Covid à Pékin (Chine) le 27 novembre 2022 ©AFP - Koki Kataoka / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun
Manifestations contre la politique zéro Covid à Pékin (Chine) le 27 novembre 2022 ©AFP - Koki Kataoka / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun
Manifestations contre la politique zéro Covid à Pékin (Chine) le 27 novembre 2022 ©AFP - Koki Kataoka / Yomiuri / The Yomiuri Shimbun
Publicité

La Chine connaît une flambée de colère sans précédent contre la politique zéro Covid : Valérie Niquet, responsable du pôle Asie de la Fondation pour la recherche stratégique. Auteure de La Chine en 100 questions / La puissance ou les failles aux Editions Tallandier est l'invité de 6h20.

Avec
  • Valérie Niquet Politologue, responsable du pôle Asie à la Fondation pour la recherche stratégique

"Ce qui est très nouveau" avec ces rassemblements, "c'est que ça se produit au même moment dans beaucoup de villes, et des villes essentielles où en général il y a un contrôle très strict contre toute manifestations", explique Valérie Niquet. "C'est vraiment quelque chose de particulier qui se produit ici, c'est un mouvement qui semble prendre de l'ampleur et qui touche toutes les catégories de la population."

"Ces manifestants n'ont pas peur de crier des slogans directement dirigés contre Xi Jinping et le Parti communiste", précise-t-elle. "C'est la première fois que ça arrive de manière aussi visible. Mais on se souvient tout de même de cet homme très courageux qui avait déployé une banderole en plein Pékin avant le congrès du Parti il y a quelques semaines, demandant la démission de Xi Jinping et la fin de la politique zéro Covid. C'est un sentiment très répandu dans la population, mais qui là s'exprime comme si quelque chose était en train de craquer."

Publicité

"Pour le moment, pas de répression massive"

Parmi les slogans, les manifestants scandent "pas de test Covid, on veut manger" : "Les conséquences économiques extrêmement graves de cette politique anti-Covid pèsent sur la vie quotidienne des gens, y compris des classes moyennes", assure Valérie Niquet. "La Chine est en train de payer le prix de cette politique, notamment chez les jeunes diplômés qui ont beaucoup investi pour faire des études très chères, dans les meilleures universités, chez qui il y a plus de 19 % de chômeurs."

Côté police, "il y a beaucoup d'hésitation". "Il y a évidemment une répression, il y a eu des arrestations à Wuhan et à Shanghai, mais pour le moment on en peut pas dire qu'il y a une répression massive. On est dans une période d'attente, et le pouvoir, en particulier les pouvoirs locaux, ne sait pas encore très bien comment réagir."