Sécheresse : "Sur certains secteurs, la situation est préoccupante"

Dans l'estuaire de la Seine, en Normandie, pendant un épisode de sécheresse estivale
Dans l'estuaire de la Seine, en Normandie, pendant un épisode de sécheresse estivale ©AFP - JIMMY BEUNARDEAU / HANS LUCAS
Dans l'estuaire de la Seine, en Normandie, pendant un épisode de sécheresse estivale ©AFP - JIMMY BEUNARDEAU / HANS LUCAS
Dans l'estuaire de la Seine, en Normandie, pendant un épisode de sécheresse estivale ©AFP - JIMMY BEUNARDEAU / HANS LUCAS
Publicité

Pourquoi la France connaît-elle une sécheresse précoce ? Guillaume Choisy, directeur général de l'agence de l'eau Adour-Garonne, est l'invité de 6h20.

"On est dans une situation de sécheresse très précoce dans l'année", constate Guillaume Choisy, directeur général de l'agence de l'eau Adour-Garonne. Le phénomène s'observe tant au niveau des sols qu'au niveau du débit des rivières et du remplissage des nappes phréatiques. "On a eu trop peu de précipitations cet hiver par rapport à ce dont on avait besoin", explique Guillaume Choisy. "Sur certains secteurs, la situation est préoccupante pour préserver tous les usages de l'eau, à savoir l'eau potable et les activités économiques dont l'agriculture."

Pour Guillaume Choisy, il est indispensable de "pouvoir anticiper l'incidence du changement climatique sur la ressource en eau avec différents investissements pour sécuriser ces usages là". "Ce serait très simple s'il y avait une seule solution", mais ce n'est pas le cas, prévient-il. Parmi les mesures nécessaires : préserver les zones humides et en recréer de nouvelles, permettre aux sols de mieux stocker l'eau naturellement en ne les laissant pas à nu l'hiver. Sans oublier, dit-il, la réutilisation des eaux usées, la sobriété, et la lutte contre les fuites d'eau dans les réseaux.

Publicité

L'équipe