Françoise Banat-Berger dans le studio de France Inter
vidéo
Françoise Banat-Berger dans le studio de France Inter ©Radio France - France Inter
Françoise Banat-Berger dans le studio de France Inter ©Radio France - France Inter
Françoise Banat-Berger dans le studio de France Inter ©Radio France - France Inter
Publicité

Les archives du procès Papon ouvertes de façon​ anticipée : Françoise Banat-Berger, cheffe du service interministériel des archives de France est l'invitée de 6h20.

Le gouvernement a autorisé l'ouverture anticipée des archives du procès de Maurice Papon, condamné en 1998 pour crime contre l'humanité pour son rôle dans la déportation des juifs français pendant la Seconde guerre mondiale. "Il s'agit de toutes les pièces du procès, de 1983, première inculpation, jusqu'en 2004, le rejet du pourvoi en cassation : à la fois les dossiers de l'instruction qui a été menée par le tribunal de grande instance de Bordeaux, puis à la cour d'appel de Bordeaux. Et toutes les pièces de la procédure du procès", détaille Françoise Banat-Berger, cheffe du service interministériel des archives de France.

En plus de ces documents, il y a des archives produites par l'administration centrale du ministère de la Justice : "Vous avez la correspondance entre le ministère et le parquet, les dossiers de recours en grâce, les dossiers de l'administration pénitentiaire et ceux de la cour de cassation", le tout conservé en aux archives départementales de la Gironde, aux Archives nationales et aux archives du ministère de la Justice.

Publicité

Des archives accessibles pour tous

Mais qu'apprend-on de ces archives en plus de ce que l'on sait du procès ? "On découvre toute la préparation. Par exemple, pendant l'instruction, les juges ont récupéré des copies d'archives de la période de la Seconde guerre mondiale", selon Françoise Banat-Berger, pour qui cela représente une somme beaucoup plus vaste que ce que l'on a appris à l'oral pendant le procès. "Ces archives ont été ouvertes autour d'une exposition organisée par les archives de la Gironde, consacrée aux procès filmés", ajoute-t-elle. Une partie des archives qui viennent d'être rendues accessibles, "pour tout le monde", va donc intégrer cette exposition.

Sans cette ouverture anticipée, "les archives auraient été accessibles en 2079" : "Cette dérogation générale s'inscrit dans une politique qui a été très active ces derniers temps sous l'impulsion de la ministre de la Culture", rappelle-t-elle, avec aussi l'ouverture des archives consacrées à la Guerre d'Algérie, ou plus tôt à celles de la Seconde guerre mondiale. Reste-t-il des archives sur Maurice Papon qu'on ne peut pas consulter ? "Il peut y en avoir, car il a exercé des fonctions publiques, mais ici, on a l'essentiel".