Superman et Batman dans le film d'animation "Injustice", sorti en 2021.
Superman et Batman dans le film d'animation "Injustice", sorti en 2021.
vidéo
Superman et Batman dans le film d'animation "Injustice", sorti en 2021. ©AFP - DC Entertainment - Warner Bros. / Collection ChristopheL
Publicité
Résumé

Anthony Huard psychanalyste, publie "Freud et les super-héros", aux éditions de l'Opportun. Il est notre invité de 6h20.

En savoir plus

Le dernier film Batman, avec Robert Pattinson, est sorti cette semaine au cinéma. On y découvre un super-héros très sombre et le livre d'Anthony Huard y fait écho. Il fait le tour de la planète des super-héros, les analyse et on comprend, au fil du livre, qu'ils sont finalement assez proche de nous, les "mortels". 

"On peut s'interroger sur ce qui les constitue profondément"

"Quand on commence à les lire, on les lit pour le côté spectaculaire : les super-héros, leur pouvoir, il y a forcément un côté fascinant chez ces personnages" explique le psychanalyste. "Tout à coup, on s’aperçoit en les lisant qu'il y a une part d'eux qui nous parle de manière très profonde. A ce moment là, on peut s'interroger sur le pourquoi ces super-héros, qui sont très éloignés de nous avec leurs pouvoirs et leurs costumes, se mettent à nous parler de façon beaucoup plus intime. A ce moment-là, on peut s'interroger sur ce qui les constitue profondément en fait."

Publicité

Un traumatisme lié à la famille 

Dans le livre d'Anthony Huard, on se rend compte notamment que la plupart des super-héros sont orphelin et construisent leur histoire sur un traumatisme lié à la famille. Selon lui, "c_ontrairement à ce que leur pouvoir pourraient laisser penser, ce sont des êtres qui sont animés par quelque chose de l'ordre de la perte, de la chute et donc tout l’intérêt sera de savoir comment ils se relèvent. Ces super-personnages ont ce trait qui nous rejoint, cette perte originelle avec laquelle on va devoir se reconstituer quelque part comme individu."_

"On les retrouve sombres, mélancoliques, tourmentés"

Les super-héros ont également des phobies comme Batman et les chauves-souris. "Cela les rapproche beaucoup de nous". Anthony Huard explique que "c_e qui nous constitue au départ comme être humain, c'est la peur. Le super-héros, c'est un homme comme les autres, c'est à la rigueur un homme super comme les autres. Il montre de façon extrême ce qui nous constitue :  nos travers, nos angoisses, nos phobies, nos névroses... On les retrouve sombres, mélancoliques, tourmentés, un peu comme nous et donc ils sont moins écrasant par rapport à ce que nous sommes_. Enfin, le psychanalyste ajoute que "les super-héroïnes nous racontent une histoire un peu différente qui résonne aussi bien chez les hommes et les femmes mais qui va montrer une différence et c'est génial aussi chez elle." 

Références

L'équipe

Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Laetitia Gayet
Production