vidéo
Une ville adaptée pour les seniors, c'est une ville où l'on peut s'assoir par exemple ©Getty - Adam Kuylenstierna / EyeEm
Publicité
Résumé

Luc Broussy, président de l’association France Silver Eco, est l'invité du 6h20 pour la remise de son rapport interministériel sur l’Adaptation des logements, des villes, des mobilités, et des territoires au vieillissement de la population.

avec :

Luc Broussy (Président de l’association France Silver Eco).

En savoir plus

Comment aider les Français à vieillir chez eux le plus longtemps possible ? 

La plupart des personnes âgées n’ont pas envie d’aller en maison de retraite. Quand elles le font, c’est souvent qu’elles n’ont pas le choix car leur logement et plus globalement leur environnement n’est plus adapté à leurs besoins. Et pourtant, il existe des solutions ! 

Publicité

Trouver des solutions, c’est la mission qui a été confiée par le gouvernement à Luc Broussy. "Ce qui est nouveau c'est la prise de conscience : en 2013, je parlais encore un peu chinois à certains interlocuteurs, aujourd'hui la question du vieillissement démographique est dans tous les esprits, on peut avancer tous ensemble", avec les services publics, les bailleurs sociaux, qui détiennent les clés du pouvoir, selon le président de l’association France Silver Eco, qui rappelle les chiffres : "15 millions de seniors, 1 million et demi de personnes âgées en état de dépendance : j'ai voulu pensé à ces personnes âgées, les 14 millions qui n'ont pas besoin, ni envie d'aller en maison de retraite, c'est cette adaptation de la société que je prône dans le rapport". 

"Il faut arrêter de voir le vieillissement de la population comme un problème"

La solution réside d'abord dans un logement adapté, "dans lequel on peut bien vieillir" : "Il sera de plus en plus numérique, et qui va permettre la vie sociale : près des commerces des services publics"

Adapter la ville aux besoins des plus âgés

Pour Luc Broussy, la ville a un rôle primordial. "Il faut une ville bienveillante", qui s'attaque à la voirie pour l'adapter, qui multiplie les bancs publics : "Si tout le reste est un milieu hostile, c'est une assignation à résidence. 10 000 personnes âgées meurent chaque année d'une chute, c'est un scandale de santé publique ignoré et tu. Si la ville n'aide pas les seniors à rester autonomes, ils vont rester isolés". 

Dans son rapport, la question des toilettes publiques devient aussi une affaire sérieuse "si on veut rendre la ville plus accueillante pour les seniors", tandis qu'il déplore le manque d'ergothérapeuthes : seulement 13 000 en France ( 5 fois plus en Suède ou au Danemark). Pour lui, cette nouvelle génération de seniors (celle qui avait 20 ans en 1968) peut transformer la vieillesse.

Références

L'équipe

Mathilde Munos
Production