vidéo
Booba aux Vielles Charrues en 2019 ©AFP - LOIC VENANCE
Booba aux Vielles Charrues en 2019 ©AFP - LOIC VENANCE
Booba aux Vielles Charrues en 2019 ©AFP - LOIC VENANCE
Publicité
Résumé

Booba, producteur et rappeur, est l'invité de Léa Salamé à 7h50.

avec :

Booba.

En savoir plus

Quelques semaines après la sortie de son dernier album "Ultra", dont il dit que ce sera le dernier, il sort également une playlist "Ultra Radio" pour mettre en lumière de jeunes artistes africains notamment. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il revient sur son parcours : "J’ai une carrière atypique. Je n’ai jamais voulu faire de rap, personne ne voulait de moi alors j’ai du monté mon label". Veut-il rester numéro un ? "C’est la base, l’important c’est de gagner pas de participer."

Publicité

Evoquant sa réussite, et le succès des ces albums, il avoue ne jamais être sûr de la réussite : "J’en ai même aujourd’hui des doutes. J’ai toujours cru en mon talent, je sais que j’ai quelque chose. Un don pour l’écriture et pour l’interprétation, le talent sans travail ça vaut rien, je travaille tout le temps, beaucoup"

Revenant sur ce qui le motive depuis le début, il affirme qu' "à 20 ans, je voulais la liberté et la liberté c’est l’argent, le moteur c’est la liberté et l’essence, c’est l’argent. "

Enfant métis, il évoque ses origines familiales et le racisme au sein de sa propre famille : "Mon grand-père devait garder mon frère, il l'a emmené au travail et l'a présenté comme le fils du concierge. Ça me fait sourire, parce que mon grand-père je l'aimais quand même. Souvent c'est de l'ignorance" dit-il.

"Plaza Athénée", son nouveau single, a été lancé sur un nouveau support "Ultra Radio". C'est sur cette playlist que le rappeur s'attache à inviter de jeunes artistes pour leur permettre d'être mieux diffusés, en particulier les rappeurs africains. "L'Afrique est un continent bourré de talent mais il manque de lumière, c’est là que je suis fier de moi, je suis plus fier de moi quand j’aide les autres que moi-même."

Quant aux clashes qu'il a pu avoir avec d'autres rappeurs, comme Kaaris, il estime que les séparations sont "parfois difficiles", car, après avoir lancé certains d'entre eux,  "quand ça marche souvent les rapports sont compliqués. Ils peuvent être irrespectueux". 

"Le Front National, c’est un parti qui ne devrait jamais exister"

Booba est aussi attentif à l'actualité en France, malgré le fait qu'il se soit installé à Miami : "j’ai la wifi je vois tout", mais "si on veut parler du Front National, c’est un parti qui ne devrait jamais exister. Pour moi le Front National c’est comme des nazis, je trouve pas ça normal qu’on puisse voter pour des nazis". Il rappelle que "Jean-Marie Le Pen a torturé des Algériens", et pour lui, "sa fille, Marine Le Pen, c'est le même sang." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour autant il affirme, "j'aime la France quoiqu'il arrive", mais après deux ans de crise des gilets jaunes, la crise de la Covid, "je ne trouve pas que la France se porte très bien". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Interrogé sur le retour de Karim Benzema, Booba affirme que "ils auraient du l’appeler depuis bien longtemps. Courage à eux". Question football, il se déclare plutôt fan du Brésil, et peu porté sur les hymnes, taclant au passage le rappeur Youssoupha et sa chanson pour les Bleus de l'équipe de France.

"Je ne suis pas très marseillaise, je suis plutôt allons enfants de l’anarchie que allons enfants de la patrie."

Le drapeau qu'il défend, est "plutôt celui de la piraterie" conclut-il.

10 min
Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Léa Salamé
Léa Salamé