vidéo
Rachida Dati ©AFP - JOEL SAGET
Rachida Dati ©AFP - JOEL SAGET
Rachida Dati ©AFP - JOEL SAGET
Publicité
Résumé

Rachida Dati, maire du 7eme arrondissement de Paris, ancienne Garde des Sceaux, est l'invitée de 7h50.

avec :

Rachida Dati (Femme politique).

En savoir plus

"C'était un discours de bonnes intentions", juge la maire Les Républicains du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati au sujet du premier discours de politique générale de la Première ministre, Elisabeth Borne. "Maintenant, il faut passer aux actes. Dans les priorités des Français, tout a été dit, elles ont été un peu noyées. Sur le pouvoir d'achat et sur la sécurité et la maîtrise de l'immigration, c'est assez noyé. Elles sont là les priorités des Français, les attentes des Français, qu'ils soient d'ailleurs ou de droite ou de gauche."

"Il y a eu deux faits politique majeurs sur ces élections législatives. D'abord, de ne pas donner une majorité absolue à Emmanuel Macron. Donc, ça démontre la fracturation de la société française qui est une fracturation profonde, mais aussi une volonté d'avoir un vrai débat politique et une vraie vision pour la France. Et le fait politique qui, pour moi, est le plus important, c'est pas les moins de 25% de la gauche à l'Assemblée, c'est les 89 députés RN."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Je suis vraiment une enfant de la radio"

Ce texte sur pouvoir d'achat prévoit la suppression de la redevance audiovisuelle. Elisabeth Borne promet toutefois que le budget de l'audiovisuel public serait compensé. Rachida Dati rappelle l'importance du service public, de sons financement et son indépendance : "Moi, je suis vraiment une enfant de la radio. Moi, j'ai des parents qui ne savaient pas lire ni écrire. J'étais enfant, j'écoutais la radio le soir. L'audiovisuel public, ça fait partie de l'égalité des chances. Ça fait partie du parcours républicain. Donc supprimer d'accord, mais il faut compenser. Il faut être très clair sur le financement, mais aussi sur l'indépendance de l'audiovisuel. Vous êtes souvent taxé d'être une radio de gauche. Moi, je ne trouve pas. Moi, j'y trouve mon compte. J'écoute avec ma fille sur les chroniques d'Ali Rebeihi ou même Dorothée Barba. C'est toujours de bon ton. Il y a des programmes de qualité. Attention que les financements ce soit pas encore le nivellement. On a nivelé l'école, on a baissé la sécurité. On a évidemment paupérisé la justice. Est-ce qu'on va encore s'attaquer à l'audiovisuel public ? Attention à ça. Parce que ça, je vous le dis, ça fait partie du parcours républicain."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production