Gabriel Attal : "Joe Biden a reconnu la responsabilité des États-Unis" dans la crise des sous-marins

Gabriel Attal
vidéo
Gabriel Attal ©AFP - Ludovic MARIN / AFP
Gabriel Attal ©AFP - Ludovic MARIN / AFP
Gabriel Attal ©AFP - Ludovic MARIN / AFP
Publicité

Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, est l'invité de 7h50.

"Joe Biden a reconnu la responsabilité des États-Unis dans la crise. Je pense qu'il a compris que l'Europe ne cherche pas un grand frère mais un partenaire" estime sur France Inter Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. "L’incident n’est pas clos, il y a eu des avancées importantes" détaillé le porte-parole du gouvernement après la crise des sous-marins entre la France, l'Australie et les États-Unis. "Les présidents français et américains doivent se revoir à la fin du mois d’octobre"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Je n’ai aucune inquiétude sur notre industrie de défense, depuis le début du quinquennat, on a vendu 88 rafales, et réalisé 30 milliards de commandes et de livraisons en plus" poursuit Gabriel Attal. "Cette crise est infiniment moins une crise commerciale qu’une crise diplomatique et stratégique." 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le masque pour les enfants et le pass sanitaire

"L’abandon du masque en primaire pour les enfants est un choix scientifique et politique" d'après Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement. "Car la situation s’améliore" explique-t-il. La mesure doit entrer en vigueur le 4 octobre. Pour tous les enfants à partir du CP, l'obligation de port du masque va être allégée à l'école primaire dans les départements où la situation épidémique s'améliore. "On adapte nos mesures" en fonction de l’évolution de l’épidémie précise Gabriel Attal, "ce n’est pas anodin pour un très jeune enfant de porter un masque." En revanche, pour les enseignants, la question n’est pas encore réglée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le pass sanitaire ne sera plus valable à partir du 15 novembre, "un texte de loi et un calendrier sera défini" car il faudra faire une loi pour prolonger. Gabriel Attal défend de nouveau la stratégie du "quoi qu’il en coûte" pour soutenir l’économie lors de l’épidémie de Covid-19. "L’argent que l’on n’aurait pas dépensé avec le quoi qu’il en coûte, on l’aurait dépensé dans les années qui viennent avec l’assurance chômage et en compensant des entreprises qui auraient fait faillite, on assume cette ligne." Un nouveau budget a été présenté, avec 12 milliards de dépenses en plus. "Mais il prévoir un déficit inférieur à 5%. On réduit les déficits" martèle Gabriel Attal.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Alors que les Républicains doivent définir leur candidat à l'élection présidentielle, "ce processus montre qu’il y a une absence totale de leadership chez Les Républicains" dit Gabriel Attal. "Ils n’arrivent pas à avoir un candidat qui se détache, avec une dynamique derrière lui. On verra comment il désignera leur candidat". Le sondage réalisé par l'institut Ifop pour Les Républicains place Xavier Bertrand, qui a pourtant quitté le parti et refuse le principe d'une primaire, largement en tête dans la plupart des questions, selon les informations de France Inter.

L'équipe