Karine Tuil
vidéo
Karine Tuil ©AFP - Martin BUREAU
Karine Tuil ©AFP - Martin BUREAU
Karine Tuil ©AFP - Martin BUREAU
Publicité

Karine Tuil, romancière, auteure de "La décision" (Gallimard), est l'invitée de Léa Salamé.

Avec

Après le succès, il y a deux ans, des "Choses humaines", Karine Tuil publie "La décision", qui plonge dans le quotidien d'une juge antiterroriste chargée de décider du sort d'un djihadiste présumé qui se dit repenti. "J'avais envie de plonger au coeur de cet univers, de cette femme qui chaque jour est confrontée à une pression particulière, à une tension : elle doit interroger des gens qui reviennent de Syrie, parfois très jeunes, avec l'idée de savoir ce qui les a menés là", explique l'autrice. 

Alma, l'héroïne de "La Décision", est une femme en conflit permanent : "C'est une femme qui est menacée au quotidien, qui a deux officiers de sécurité autour d'elle. Comment quand on est une femme à un tel poste, on parvient à mener sa vie privée et sa vie professionnelle, quand chaque décision que vous prenez peut avoir un impact sur la sécurité de la Nation ?"

Publicité

Pour écrire son livre, Karine Tuil a rencontré des professionnels, magistrats, pour collecter "une matière réelle : j'avais envie d'écrire un beau roman, mais aussi de raconter le fonctionnement de cet univers qu'on connait assez peu. On ne sait pas quel est le quotidien de ces gens qui dirigent les enquêtes, qui reçoivent des suspects tous les jours dans leurs bureaux". L'action, qui se passe en 2016, montre des juges tiraillés entre la peur de laisser échapper un terroriste et celle d'emprisonner un jeune de vingt ans. "Le livre pose la question de l'incarcération : ce n'est pas anodin de mettre en prison un jeune de 20 ans. C'est aussi prendre le risque qu'il se radicalise encore plus en prison".

"Il faut, avec les armes du droit, rendre la décision la plus juste possible. Ces gens essaient de comprendre ce qu'il y a dans le cerveau des gens en face d'eux". 

"Dans cet univers, même si vous avez des positions contraires, vous essayez toujours de prendre les décisions les plus justes. Mon personnage est une femme de gauche, elle a toujours le souci de trouver quelque chose d'humain, elle cherche la part d'humanité en chacun d'eux", et refuse de les qualifier de "monstres". La question de la haine de la France, de "nuire aux mécréants", est par ailleurs ominprésente dans ce milieu : "Il y a toujours dans le parcours des djihadistes un vide existentiel, un manque d'espoir, et cela alimente la haine qui alimente aussi le désir de vengeance, le désir de mort : il y a des jeunes qui n'ont pas peur de la mort, qui sont même attirés par la mort. Et elle, elle dit toujours : tu choisiras la vie". 

Le livre aborde les implications des choix, des décisions à prendre dans la vie personnelle mais aussi dans la vie professionnelle. Et "aucun des protagonistes n'échappe à ses origines : le livre parle aussi des crispations identitaires", avec un mari issu d'une famille juive qui regrette son mariage mixte et désapprouve la relation de sa fille avec un musulman. "C'est aussi le rôle de l'écrivain de raconter la société dans laquelle il vit", conclut Karine Tuil, qui se dit "inquiète et pessimiste" face à la campagne présidentielle, "parce que la question fondamentale c'est la question sociale, plus que l'immigration". 

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production