vidéo
Jérôme Guedj, député PS de l'Essonne. ©AFP - Pablo Poblan / Hans Lucas
Jérôme Guedj, député PS de l'Essonne. ©AFP - Pablo Poblan / Hans Lucas
Jérôme Guedj, député PS de l'Essonne. ©AFP - Pablo Poblan / Hans Lucas
Publicité
Résumé

Jérôme Guedj, le député Parti Socialiste de l'Essonne, revient sur les premières semaines agitées de débats à l'Assemblée nationale, et reproche au gouvernement son rapprochement, selon lui, avec la droite pour adopter des textes.

En savoir plus

"Le compromis promis par la Première ministre Elisabeth Borne n’a pas eu lieu" estime le député socialiste Jérôme Guedj, après plusieurs semaines de débat houleux à l’Assemblée nationale. Les députés sont en vacances jusqu’au début du mois d’octobre. "Je dirai que le seul compromis qui a eu lieu, c’est avec la droite" affirme l’élu de l’Essonne. "C’est clair, il y a une alliance entre Renaissance, La République en marche et la droite. Sur les différents textes adoptés, ils l’ont été avec le soutien plein et entier de la droite. Devant nous, nous avons une coalition dont le centre de gravité penche très clairement à droite.".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des dissension au sein de la Nupes

Mais sur la question de l’Otan, la gauche a affiché ses désaccords. Si l’Assemblée nationale a ratifié les protocoles d’adhésion de la Suède et la Finlande, les Insoumis et les communistes se sont opposés au texte. En revanche, les socialistes et écologistes l’ont approuvé. "Il y a zéro surprise" rétorque Jérôme Guedj. "Nous, socialistes, avons voté pour l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan. Que ces questions fassent débat au sein de la Nupes, il va falloir s’y habituer. Personne ne peut prendre le dessus sur l’autre."

Publicité

"Les questions internationales sont essentielles, je souhaite qu’elles soient plus présentes dans le débat politique national", explique Jérôme Guedj, "notamment quand elle vient directement nous questionner sur les valeurs, que ce soit à Taiwan, en Ukraine, dans la relation de l’Arabie Saoudite, avec le Qatar etc."

Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production