Jean-Michel Blanquer : dans le premier degré, "au moins deux tests" négatifs pour revenir à l'école

Jean-Michel Blanquer dans le studio de France Inter
vidéo
Jean-Michel Blanquer dans le studio de France Inter ©Radio France
Jean-Michel Blanquer dans le studio de France Inter ©Radio France
Jean-Michel Blanquer dans le studio de France Inter ©Radio France
Publicité

Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports est l'invité de 7h50.

Avec

Au lendemain de nouvelles mesures sanitaires annoncées par le gouvernement, le ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Jean-Michel Blanquer, fait un point sur le protocole sanitaire dans les écoles

Renforcement du protocole sanitaire à l'école primaire

Le protocole sanitaire scolaire est révisée, a annoncé hier Olivier Véran. "Dans le premier degré, nous avons un levier du côté des tests. Notre objectif est que désormais lorsqu’il y a un cas dans une école primaire, les élèves ne reviennent à l’école qu’avec un test négatif. Aujourd’hui on ne fait faire qu’un test, et on va surement aller vers deux ou trois tests à plusieurs jours d’intervalle."

Publicité

Pour revenir à l'école, il ne faudra plus seulement présenter un test négatif, mais plusieurs tests, réalisés à plusieurs jours d'intervalle. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Concernant les capteurs de CO2 dans les classes, "Nous avons déjà débloqué 20 millions d’euros en soutien des collectivités locales. Avec le premier ministre, nous adresserons cette semaine une circulaire aux préfets pour renforcer ce soutien". 

Le Conseil Scientifique s'inquiète qu'au moins un tiers des enseignants manquent à l'appel d'ici la fin janvier, à cause du Covid. "Nous déployons des moyens, notamment chez les vacataires et les jeunes retraités de l’éducation nationale. Notre objectif est de garantir cette continuité pédagogique", indique le ministre. Il ne donne pas de précision concernant un ajustement du niveau de protocole. "Le gouvernement va affiner ces points avec le Conseil Scientifique d’ici la fin de semaine."

L'école ouverte, une "doctrine" française

Est-ce proportionnée d'organiser une rentrée "normale" le 3 janvier, alors que l'incidence chez les 5-11 ans a été multipliée par 12 en un mois ? Oui, selon Jean-Michel Blanquer. 

C’est une doctrine française, l’école ouverte. C’est quelque chose d’extrêmement important.

Rentrée étudiante

Le ministre précise que les examens auront lieu en présentiel, et qu'il n'y aura pas de jauge dans les amphithéâtres. 

"Vis-à-vis de la jeunesse on a deux devoirs : reconnaitre la difficulté de l’époque, et dresser des perspectives optimistes. On ne doit pas baigner la jeunesse de discours nihilistes ou inquiets. Les restrictions de libertés ne sont pas spécifiquement tournées vers la jeunesse", précise-t-il enfin. 

L'équipe