Thierry Demaizière - David Bérillon
Thierry Demaizière - David Bérillon
vidéo
Thierry Demaizière - David Bérillon ©Radio France - Alban Teurlai
Publicité
Résumé

Thierry Demaizière, réalisateur, et David Bérillon, responsable pédagogique de la section d’excellence sportive Hip Hop du lycée Turgot (Paris), sont les invités de 7h50 pour leur documentaire "Allons enfants" au cinéma le 13 avril.

avec :

Thierry Demaizière (Journaliste).

En savoir plus

Le documentaire "Allons enfants" raconte une expérience unique en France : la section hip-hop du très chic lycée Turgot à Paris, où des élèves de quartiers populaires, en échec scolaire, sont raccrochés à l'école grâce à la danse. Ils sont portés par leur passion du hip-hop, leur rage d'y arriver et par leurs professeurs.

"A la seconde, on s'est dit que c'était un film de cinéma"

Thierry Demaizière explique que "c'est une ancienne élève du lycée Turgot qui nous a parlé de cette histoire." "A la seconde, on s'est dit que c'était un film de cinéma. C'était un film qui allait nous permettre de raconter une jeunesse française, une génération." Le réalisateur et son équipe ont suivi les élèves durant un an, à raison d'une semaine de tournage tous les mois. Au total, ils sont une cinquantaine dans cette section hip-hop. L'intégration a été facile : "En trois jours, ils étaient habitués à nous, ils nous ont oublié très vite."

Publicité

"C'est un projet de réussite sociale, de mixité, d'ouverture"

David Bérillon est professeur d'EPS et à l'initiative de l'ouverture de cette classe qui accueille des jeunes qui n'ont pas le même profils de ceux du 3ème arrondissement de Paris. Selon lui, "c'est un projet carrément exceptionnel. C'est un projet de réussite sociale, c'est un projet de mixité, d'ouverture (...) et j'ai toujours senti qu'il y avait quelque chose de très très fort et qu'il fallait partager cette expérience. Le projet de base, c'est vraiment un projet de réussite scolaire. Le hip-hop c'est la carte maitresse." David Bérillon tient d'ailleurs à souligner que "L'Académie de Paris a vraiment mis des moyens exceptionnels pour pouvoir développer un projet unique."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Ils ont une faim de reconnaissance"

Le réalisateur Thierry Demaizière confie "qu'au tout début, ils se regardent, ils n'ont pas le même look, pas les mêmes façon de parler et le crew, la compétition font qu'à la fin c'est une seule équipe, une seule bande." Il ajoute : "On voulait casser les clichés sur l'ado qui est sur son portable. Ils sont très conscients du monde dans lequel ils sont, ils savent qu'ils doivent se bagarrer." Ces jeunes de quartiers populaires, avec un quotidien parfois très difficile "ont une faim de reconnaissance, une faim d'avoir une place au soleil."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production