La résurgence de l'État islamique "est déjà actée depuis longtemps", juge le journaliste Wassim Nasr

Wassim Nasr
vidéo
Wassim Nasr ©Radio France - Capture d'écran RF
Wassim Nasr ©Radio France - Capture d'écran RF
Wassim Nasr ©Radio France - Capture d'écran RF
Publicité

Alors que l'offensive turque en Syrie a semé le trouble dans la région et inquiète l'occident sur la libération de prisonniers proches de djihadistes, le journaliste Wassim Nasr, spécialiste de la question juge que la résurgence du groupe État islamique "est déjà actée depuis longtemps".

Avec
  • Wassim Nasr Journaliste à France 24, spécialiste des mouvements djihadistes

"Comme dans toute zone de guerre, quand il y a une prison et des détenus, le territoire change de main et les prisons s'ouvrent", explique le journaliste Wassim Nasr, spécialiste des mouvements djihadistes et auteur de "État Islamique, le fait accompli" (Éd. Plon). Interrogé sur l'intervention turque en Syrie, la libération de proches de djihadistes et la crainte d'Emmanuel Macron de voir poindre une résurgence de Daech, Wassim Nasr estime qu'elle est "actée depuis un moment". "Ils le disent eux-même, ils attendent que l'alliance hétéroclite se dénoue pour revenir sur la scène et profiter du chaos qui va s'installer", jugeant que le groupe État islamique était "toujours là".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Wassim Nasr estime par ailleurs que les Européens auront du mal à raisonner le président turque Erdogan : "Si les Américains n'ont pas réussi à le faire réfléchir, ce ne sont pas les Européens qui vont le faire. Il a la carte des réfugiés, il peut dire 'J'ouvre les vannes quand je veux'. Il y a donc les enjeux de cœur pour le YPD et les kurdes, mais il y a les enjeux des états et il y a une grande hypocrisie, car aucun état occidental n'a voulu que les kurdes de Syrie aient leur propre état révolutionnaire communiste qui s'implante dans cette zone."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe