Laurence des Cars, Présidente-Directrice du Musée du Louvre
Laurence des Cars, Présidente-Directrice du Musée du Louvre
vidéo
Laurence des Cars, Présidente-Directrice du Musée du Louvre ©AFP - Alain Jocard
Publicité
Résumé

La nouvelle Présidente-Directrice du Musée du Louvre, nommée cette semaine, est l'invitée de Léa Salamé.

avec :

Laurence des Cars (Directrice du musée du Louvre (à partir du 1er septembre 2021)).

En savoir plus

"Mon cœur a battu beaucoup plus fort [après avoir appris lundi qu’elle était nommée]", assure Laurence des Cars. "Je n’oublierai jamais cet appel. Et je voulais profiter de votre micro pour saluer amicalement Jean-Luc Martinez, lui dire combien je salue son travail accompli depuis huit ans. Je me réjouis de travailler avec lui dans les quelques mois qui viennent, puisqu’il y aura une période de transition."

"Ce que j’ai voulu faire, c’est réfléchir à ce qu’est un “musée universel” : c’est l’étiquette qu’on colle au Louvre, à tort d’ailleurs parce qu’il ne l’est pas tout à fait", explique sa nouvelle présidente. "Il a une vocation universelle, et c’est ça qui m’intéresse. Le Louvre peut être pleinement contemporain, il peut s’ouvrir au monde d’aujourd’hui tout en nous parlant du passé, en donnant une pertinence au présent par l’éclat du passé. Nous avons besoin de temps long, nous avons besoin de perspective, nous sortons d’une crise déstabilisante, nous vivons dans une époque passionnante mais compliquée… Nous sommes tous un peu en perte de repère, je pense que le Louvre a beaucoup de choses à dire à la jeunesse aussi, qui va être au centre de mes préoccupations en tant que présidente du Louvre."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les premiers visiteurs à Orsay, mercredi dernier, avaient des larmes dans les yeux. La rencontre avec l’œuvre d’art, c’est ouvrir une fenêtre, ouvrir son esprit à une sensibilité différente, et se retrouver soi-même : c’est ça l’expérience du musée. C’est une émotion qui est unique.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Elle estime qu'ils doivent être ouverts à ce qui se passe à l'extérieur : "Le musée est une chambre d’écho de la société, il est au cœur de la société. Il a toujours reflété le monde qui l’entoure. Ce n’est pas seulement un lieu de conservation, c’est un lieu de transmission. Il faut transmettre, écouter le public et les sensibilités."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Le Louvre est la maison de tous les arts et de tous les artistes"

Sur la difficulté à faire venir ou revenir les jeunes au musée, Laurence des Cars en prend sont parti : "C'est à nous de casser la distance, la barrière, d’imaginer des programmes, des expositions, d’inviter aussi des voix : celles des scientifiques, des grands savants qui font les équipes du Louvre. Il faut que nous partagions notre connaissance, notre expertise, avec les autres, et que nous donnions aussi la parole à d’autres sensibilités : historiens, créateurs… Le Louvre est la maison de tous les arts et de tous les artistes."

"Ce qui est certain, c’est que cette crise nous oblige à réfléchir", assure-t-elle en évoquant l'après-Covid, qui a marqué logiquement une énorme baisse de fréquentation et donc un manque à gagner. "Le Louvre a des ressources propres importantes, et il fera face. Mais il faut à nouveau faire de la fréquentation du musée un moment d’exception. Bien mesurer ce qui reviendra à la pré-réservation obligatoire ou à la libre fréquentation du Louvre ; réfléchir aux horaires d’ouverture, peut-être plus tard dans la journée pour que des jeunes actifs viennent ; il y a plein de leviers pour rendre le Louvre le plus accessible possible."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Quid des initiatives privées, comme le nouveau musée de François Pinault ? "Les musées privés ont leur propre modèle économique, il y a de la place pour tout le monde et absolument pas de concurrence. Mais ils nous obligent à être encore meilleurs et encore plus inventifs."

"Il y a une part “pop” du Louvre : il y a des œuvres stars, c’est un musée qui est présent au cinéma ou à la télé. Il faut jouer avec cette popularité, en travaillant avec de grands artistes d’aujourd’hui, et on pourra faire des choses formidables."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pas question cependant de faire voyager certaines œuvres, notamment un certain tableau de Léonard de Vinci : "La Joconde c’est une œuvre très fragile, et c'est un des bonheurs des musées du monde : aller voir des œuvres dont on sait qu’elles ne bougeront pas."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Léa Salamé
Léa Salamé