Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière  ©Maxppp - MARC SALVET
Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière ©Maxppp - MARC SALVET
Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière ©Maxppp - MARC SALVET
Publicité
Résumé

Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière, est l'invitée de Marc Fauvelle à 8H20.

avec :

Chantal Perrichon (Présidente de la Ligue contre la violence routière.).

En savoir plus

Chantal Perrichon, Présidente de la Ligue contre la violence routière , revient sur la hausse des chiffres de la mortalité routière enregistrés ces dernières années, et dresse un bilan sans équivoque : 

Il n'y a pas eu de politique de sécurité routière digne de ce nom

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Selon Chantal Perrichon, un récent rapport "caché pendant 3 ans" affirme que dans 50% des interpellations pour excès de vitesse, il n'y avait aucun retrait de points de permis : "La vitesse est le premier facteur de déclenchement de l'accident" :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Un politique de "gribouille", de "manque de courage"

"Nous sommes tous responsables, oui", concède Chantal Perrichon, "mais encore plus responsables ceux qui décident (...) Sous [la présidence de] Jacques Chirac, on a vu les conséquences immédiates."

"En 2013, le comité des experts [avec qui travaille la Ligue contre la violence routière ] a annoncé que si la vitesse baissait de 90 à 80km/h dans certaines portions, on pouvait épargner 400 vies : cela a été refusé au nom de l'acceptabilité , maître mot du quinquennat précédent".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il y a un groupe de pression que j'appelle les "bitumeux (...) Les infrastructeurs doivent bien réfléchir 

Sur le passage testé par le Danemark de la vitesse de 80km/h à 90km/h :  "Sur la petite proportion de routes passées dans ce test, pas d'amélioration par rapport au reste du réseau national", explique Chantal Perrichon qui revient aussi sur le millions de km de routes à contrôler en France : "A un moment, il faut du courage, nous n'en avons pas eu pendant 5 ans".

'Depuis des années, le gouvernement ne lutte pas contre les désinformations, les fake news sur les réseaux sociaux", estime Chantal Perrichon, qui cite, en réaction à l'intervention téléphonique de Daniel Quéro, Président de l'association 40 millions d’automobilistes, l'exemple de l'Espagne qui a travaillé pour expliquer le permis à point : "Si vous ne parlez pas aux cerveaux des Français, ils ne risquent pas de réagir".    

"L'état des routes se dégrade, il y a une amélioration lentes des infrastructures (...) La DS (délégation à la Sécurité Routière) ne fait pas son travail, pour le signalement des zones dangereuses, estime Chantal Perrichon : ce sont sur ces belles routes droites qu'il y a le plus d'accidents".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La présidente de la Ligue contre la violence routière concède aussi que "Les 2 roues motorisés représentent une population a haut risques " : "Les motards ont fait peur au gouvernement et ont obtenu la circulation inter-file, très dangereuse". Et parmi les facteurs d'accidents au volant, la vitesse et l'alcool restent en bonne place, bien plus que les drogues douces : "4% de presénce de cannabis dans les accidents mortels, c'est loin derrière l'alcool et la la vitesse".

Références

L'équipe

Marc Fauvelle
Marc Fauvelle
Marc Fauvelle
Production