vidéo
Christophe Castaner ©Radio France - France Inter
Publicité
Résumé

Christophe Castaner, ancien ministre de l'Intérieur, président du groupe LREM à l'Assemblée Nationale et député des Alpes-de-Haute-Provence est l'invité du Grand entretien de 8h20.

avec :

Christophe Castaner (Ancien ministre de l'Intérieur, président du groupe LREM à l'assemblée nationale).

En savoir plus

La gifle est "adressée à la fonction et touche la nation toute entière"

Après la visite d'Emmanuel Macron à Tain l'Hermitage, et la gifle qu'il a subi, Christophe Castaner, estime que "le mieux c’est de ne pas changer, ne pas dramatiser, sans nier la violence symbolique du geste". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cette violence, dit-il "je crains que ce ne soit pas un phénomène nouveau, mais la logorrhée des insultes verbales sur les réseaux sociaux a pu alimenter cela". 

Publicité

Y-a-t-il une responsabilité des médias dans la violence des propos échangés notamment ? Christophe Castaner estime que "on voit bien le besoin de faire le buzz, ça se fait par la violence de la caricature" et le tout "enlève la quête de sens".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour l'ancien ministre de l'Intérieur, il n'y a pas lieu de relever le niveau de protection du président de la République, et rien ne lui permet de penser qu'il y ait eu une "faille de sécurité". "Soit vous vivez dans une bulle de sécurité soit vous allez au contact, Emmanuel Macron sait que s’il mettait un rempart il n’aurait pas ce contact avec la population". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Le risque existe, le niveau de protection est élevé pour nos responsables politiques. Le risque zéro n’existe pas, les présidents de la République le savent  et ils l’assument"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les propos de Jean-Luc Mélenchon : "C'est moche"

Revenant sur les propos tenus par Jean-Luc Mélenchon, il considère que "c’est normal que cette phrase ait suscité un tollé, c’est la stratégie du buzz et de l’outrance."

Jean-Luc Mélenchon a déclaré le 6 juin dernier sur France Inter : "De même que vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, nous aurons un grave incident ou un meurtre. Cela a été Merah en 2012. Cela a été l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Elysées ..." 

Pour Christophe Castaner : 

Laisser penser que cela est organisé par un main puissante politique, c’est moche. Ce n’est pas une erreur sémantique, c’est triste.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Interrogé sur la réforme des retraites, le président du groupe LREM à l'Assemblée Nationale estime que "les retraites vont dans le mur", et qu'il faut donc traiter ce sujet, pour mettre fin à un déficit de 20 milliards d'euros. 

Références

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Léa Salamé
Léa Salamé