Jérôme Fourquet
Jérôme Fourquet
vidéo
Jérôme Fourquet ©AFP - Martin BUREAU / AFP
Publicité
Résumé

Jérôme Fourquet, politologue, directeur du département Opinion à l’IFOP, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

avec :

Jérôme Fourquet (analyste politique, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l'institut de sondages IFOP.).

En savoir plus

"L’Archipel français : une nation multiple et divisée" est un essai de géographie électorale du politologue Jérôme Fourquet paru en 2019. Il y décrit le bouleversement rapide des clivages structurant la vie sociale et politique française depuis cent ans, notamment par la disparition de la matrice traditionnelle catholique / communiste. L'éclatement de ce paysage se fait au profit de millions d'individualités ou de petits groupes sociologiques sans lien entre eux et sans destin commun.

Avec la crise sanitaire,  "si elles n’ont pas été avivées, les fractures n’ont pas été résorbées"

"La France a longtemps entretenu l’idée que nous étions un grand pays, et on constate aujourd’hui une forme de déclassement. On est toujours recordman du pessimisme alors que les étrangers nous disent qu’il fait bon vivre en France. Le Covid a mis des mots sur les choses. On se souvient des applaudissement à 20h en hommage aux soignants, on a pensé que cette crise sanitaire pouvait être un antidote à l’archipelisation mais en fait, un an plus tard, les fractures, si elles n’ont pas été avivées, elles n’ont pas été résorbées" explique Jérôme Fourquet.

Publicité

Il constate que les parts les plus modestes de la population ont vu leur situation se dégrader, mais "notre modèle de protection sociale pré existant et le quoi-qu’il-en-coute, font que les amortisseurs déployés sont colossaux. Collectivement la société française arrive à peu près à encaisser pour l’instant, cette crise économique et sociale. On peut penser que le quoi-qu’il-en-coute va se poursuivre pendant les 12 prochains mois". 

Parlant des Gilets jaunes par exemple, il estime que les ferments de la colère sont toujours là, mais il ne lui semble pas que le mouvement reprenne sous les mêmes formes à l'automne. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Insécurité : "des tabous ont sauté"

Concernant l'importance des débats sur la violence et la sécurité, il estime qu'il y a "un bruit de fond permanent en matière de délinquance et de sécurité qui font que la sensibilité de l’opinion est fortement exacerbée. Des tabous ont sauté, les victimes de rixes entre jeunes sont de plus en plus jeunes. Les délinquants n’hésitent plus à aller au contact avec les forces de l’ordre. Ceux qui sont censés nous protéger sont aussi sous le feu ou la menace des agresseurs et ajouter à cela l’attaque de Rambouillet et le climat terroriste, tout cela crée un sentiment d’inquiétude ; c’est un matériau politique qui peut être utilisé par tel ou tel". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il insiste sur cette idée que nous avons désormais en notre sein un nombre important de personnes radicalisées et "c’est pour ça que je parle de faitdiverisaton. On intègre que cette menace est palpable et peut frapper  à tous les coins de rues, et cela favorise un glissement silencieux de l’ensemble de la société vers la droite sur tous les sujets de sécurité"

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Si on regarde les lieux des dernières attaques à caractère terroriste, on constate que "c’est la France moyenne la France dans laquelle 60% de nos concitoyens vivent ou ont grandi. C’est la France générique" explique Jérôme Fourquet. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour lui la tribune des généraux dans Valeurs Actuelles est à mettre en relation avec la "colère" de ceux qui sont chargés de l'ordre et la sécurité en France. "Cette colère se double d’une interrogation sur la détermination du commande en chef et le déficit de crédibilité en la matière, c’est un symptôme pour moi."

La démarche pose problème  selon lui en raison du devoir de réserve des militaires, et parce que l'appel aux camarades d’actives à se mobiliser, "on peut le lire comme un appel à l’insurrection armée, et ça pose problème." Il ajoute, "quand on regarde le pedigree d'un certain nombre de signataires, il est assez marqué politiquement."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Dans la perspective de l'élection présidentielle, et sur l'hypothèse d'un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour, il estime que "pour l'instant, le scénario le plus plausible [est celui] de la reconduction, mais on n'est pas à l'abri de surprises". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Léa Salamé
Léa Salamé