Frans Timmermans ©AFP - Zheng Huansong / XINHUA / Xinhua via AFP
Frans Timmermans ©AFP - Zheng Huansong / XINHUA / Xinhua via AFP
Frans Timmermans ©AFP - Zheng Huansong / XINHUA / Xinhua via AFP
Publicité
Résumé

La guerre en Ukraine dure depuis une semaine. Frans Timmermans, 1er vice-président de la Commission européenne, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

avec :

Frans Timmermans (Vice-président de la Commission européenne en charge du pacte vert européen).

En savoir plus

Jeudi dernier, Vladimir Poutine attaquait son voisin. Une semaine plus tard, les combats continuent en Ukraine faisant chaque jour de nouveaux morts et détruisant partiellement ou totalement certaines villes du pays. Assurant que "l'histoire de l'Europe a changé depuis une semaine", Frans Timmermans estime que "jusqu'à présent l'Europe est à la hauteur de ce défi, nous sommes unis, on a créé une unité que je n'ai pas vue depuis très très longtemps, on a des leaders qui sont aussi à la hauteur".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Il faut aussi penser aux Russes qui ne veulent pas cette guerre"

"Cela va être compliqué, ça va durer" annonce le 1er vice-président de la Commission européenne "mais je crois que nos valeurs, notre démocratie sont beaucoup plus fortes que ce que propose monsieur Poutine". "On a maintenu une certaine naïveté en croyant qu'à travers le commerce, à travers les relations économiques, on aurait une influence sur la direction de la Russie" ajoute-t-il. "C'est faux".

Publicité

S'appuyant sur son expérience de trois ans en Russie, Frans Timmermans se dit convaincu que "les Russes veulent vivre comme nous, ils partagent pas mal des valeurs que nous avons mais, ils sont gérés par un homme qui a une vision du monde qui est complètement contraire à nos valeurs". Il ajoute "il faut vraiment que l'on bloque ce qu'il fait, ce n'est pas seulement le futur l'Ukraine qui se joue aujourd'hui, c'est le futur de l'Union européenne, c'est le futur de notre continent." Frans Timmermans se veut très clair : "Nous ne sommes pas en guerre avec la Russie, nous ne sommes surtout pas en guerre avec le peuple russe. Il faut aussi penser aux Russes qui ne veulent pas cette guerre.

Sur les sanctions : "On a encore quelques armes"

Au sujet des sanctions économiques infligées à la Russie, "je crois que l'on est allé très loin avec ces sanctions (...) elles fonctionnent, elles font beaucoup de mal" mais "on a encore quelques armes". "La banque la plus importante en Russie c'est Sberbank. On pourrait 'déswifter' Sberbank, c'est une possibilité". "Nous sommes préparés, nous pouvons protéger les intérêts de nos citoyens même s'ils coupent l'énergie parce que, pour le court terme, on a encore des réserves et de nouveaux contrats avec d'autres fournisseurs". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Concernant la volonté de l'Ukraine d'adhérer à l'UE, Frans Timmermans prévient que "c'est une procédure qui prend beaucoup de temps", mais ajoute : "Ils croient à nos valeurs, ils veulent appartenir à notre Europe, notre Europe de la démocratie (...) et je vois dans cette ambition l'expression de ce sentiment". Cependant, "une adhésion à l'Union européenne c'est de très longue haleine, c'est très difficile" (...) ce qu'il faut faire maintenant, c'est les aider avec des moyens militaires, des aides économiques"