vidéo
Eric Brocardi, le porte-parole de la Fédération des sapeurs-pompiers de France. ©Radio France - France Inter
Eric Brocardi, le porte-parole de la Fédération des sapeurs-pompiers de France. ©Radio France - France Inter
Eric Brocardi, le porte-parole de la Fédération des sapeurs-pompiers de France. ©Radio France - France Inter
Publicité
Résumé

Le porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers donne un dernier bilan sur la situation en Gironde. Il réclame "une véritable politique ambitieuse" pour recruter de nouveaux soldats du feu.

En savoir plus

Près de 6.800 hectares de forêts de pins étaient partis en fumée jeudi matin après des reprises de feu mardi après-midi, du gigantesque incendie de Landiras (Gironde), a annoncé la préfecture de Gironde. "Près de 1.100 sapeurs-pompiers sont engagés", a ajouté la préfecture, précisant que des "renforts supplémentaires" étaient encore attendus sur les lieux. Eric Brocardi, porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France, souhaite augmenter le nombre de pompiers volontaires, plus que nécessaire lors de ces grands feux.

FRANCE INTER : Quelle est la situation en Gironde ?

Publicité

ERIC BROCARDI : "Ce monstre, en Gironde , nous a montré que nous étions tout petit, que c'est à l'image d'une fourmi sur un stade de foot que nous luttions. On est sur une situation inédite et complexe. Le feu a eu un démarrage fulgurant, il s'autoalimente, crée son propre vent, sa propre force, c'est pour ça qu'on peut le catégoriser en méga feu parce que sa vitesse de propagation était hors norme. C'est une situation inédite en France. Cependant, il y a quand même de l'espoir et de l'efficacité dans la stratégie qui est mise en œuvre, comme les feux tactiques, le fait d'élargir les pare-feu, le fait de positionner des engins au niveau des points sensibles qui permet de casser l'avancée du feu."

Dans quel état sont les sapeurs-pompiers ?

"Il y a un épuisement physique, on commence à compter les blessés chez les sapeurs-pompiers. Mais le moral des troupes est toujours là. Car aujourd’hui, la quête du sens de l’activité de sapeurs-pompiers se retrouve pleinement dans ce genre de missions. On est vraiment dans l’utilité de la force de secours. On est dans le lien avec la population, avec les maires qui permettent de contrer toutes ces crises naturelles. Aujourd’hui on parle de feux de forêts, dans deux mois d’inondations."

Il y a 250.000 pompiers, dont une grande majorité de volontaire, c'est suffisant ?

"Il faut continuer à renforcer ces forces de secours, il faut continuer à valoriser le volontariat comme le monde des sapeurs-pompiers professionnel. C’est l’épine dorsale du système de protection et de sécurité civile en France. On doit continuer à avoir une vraie politique ambitieuse. On s’en rend compte aujourd’hui, avec la proposition de Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, de libérer le plus possible de pompiers volontaires des entreprises. Il y a des marqueurs forts qui montrent cette nécessité absolue de renforcer cette force de secours. Il y a 191.000 sapeurs-pompiers volontaires aujourd’hui. On a du mal à dépasser ce plafond de 195.000 pompiers volontaires. Nous on souhaite porter ce chiffre à 250.000 pour 2023. On peut y arriver avec un plan de communication bien établi."

Il y a une crise des vocations ?

"Oui, je prendrai un exemple simple. On est sur une société qui est sur soi-même. On a tendance à oublier qu’il y a un monde extérieur. Heureusement, parfois, il y a ce genre de crise pour constater la solidarité avec la population qui fait chaud au cœur. Il y a une relation de proximité, quasiment presque amoureuse et intime avec les pompiers, qui permettent de subvenir à ces besoins."

Comment on devient pompier volontaire ?

"À partir de 16 ans sur certaines conditions on peut devenir pompier-volontaire en fonction des départements. Au niveau de la condition physique, il ne faut pas avoir l’image du super-héros ou être fort comme Teddy Riner. Il n’y a pas de problème par rapport à ça. Il faut d’abord faire la démarche. Si vous savez courir il n’y a pas de soucis (rires)."

Références

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production