Bruno Retailleau invité de France Inter mercredi 25 mai.
vidéo
Bruno Retailleau invité de France Inter mercredi 25 mai. ©Radio France
Bruno Retailleau invité de France Inter mercredi 25 mai. ©Radio France
Bruno Retailleau invité de France Inter mercredi 25 mai. ©Radio France
Publicité

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, s'oppose à une nouvelle loi sur la fin de vie et demande au gouvernement de maintenir le cap de la réforme des retraites./

"Il faut faire cette réforme des retraites" martèle Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat, et élu en Vendée. Il a rencontré la Première ministre Elisabeth Borne mercredi, avant une session parlementaire qui s’annonce mouvementée, pour évoquer la réforme des retraites. "Chaque président de la République a assumé une réforme des retraites, il faut la faire pour les retraités, qui ont subi une ponction sur leur pouvoir d’achat. Il faut la faire si on ne veut pas faire supporter aux jeunes générations un fardeau incroyable."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

En revanche, celui qui est aussi candidat à la présidence des Républicains critique la méthode. Car la réforme des retraites pourrait être votée via "un amendement tombé du haut" selon ses mots, via le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). "Oui il faut réformer mais pas au total mépris du dialogue social. Si le dialogue social échoue, le couperet tombe", ajoute Bruno Retailleau. "On ne peut pas financer le modèle social généreux que nous avons en travaillant toujours moins. Ce n’est pas possible."

Publicité

Contre une nouvelle loi sur la fin de vie

La semaine dernière, l’Elysée a annoncé une large consultation sur la fin de vie à partir du mois d’octobre, en vue d'un possible nouveau "cadre légal" d'ici la fin 2023. Actuellement, c'est  la loi Claeys-Leonetti qui encadre la fin de vie en France. "Je considère que cette convention c’est du pipeau" lâche Bruno Retailleau. "Emmanuel Macron a dit ‘cette réforme nous l’a ferons’. Mais je ne suis pas favorable" poursuit l’élu LR. Il dénonce "une bougeotte législative", "on a voté une loi à la quasi-unanimité il y a moins de dix ans". "En franchissant cette barrière de la capacité de donner la mort, on abandonne un certain nombre de patients qui vont se dire ‘je suis une charge pour ma famille, mon entourage, je ferai peut-être bien de choisir de partir’. Ce qui va se jouer est grave. C’est un sujet de civilisation. Il faut trouver les moyens de soulager la souffrance."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une cellule pour signaler les violences chez LR

"C’est un bal des tartuffes" réagit Bruno Retailleau, après la décision d’Adrien Quatennens de mise en retrait de LFI, puis Julien Bayou chez les écologistes. Ils sont soupçonnés de violences conjugales. "Beaucoup de ces gens-là de l’extrême gauche passent leur temps à donner des leçons sur la vertu féministe. Certains de ces donneurs de leçons étaient aussi des donneurs de gifle. Chaque parti politique doit faire le ménage". Bruno Retailleau souhaiterait une cellule au seine de son parti, "une organisation qui puisse écouter, recevoir". "Il y a un rôle d’exemplarité des partis politiques. Je suis favorable à une cellule. Il faut un code de déontologie."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production