Jordan Bardella
Jordan Bardella
vidéo
Jordan Bardella ©Radio France
Publicité
Résumé

Jordan Bardella, président du RN et député européen, répond au chef de l'Etat Emmanuel Macron après son allocution mercredi soir.

avec :

Jordan Bardella (Homme politique).

En savoir plus

"Il veut changer de méthode sans changer une virgule de son projet" regrette le président du Rassemblement national Jordan Bardella jeudi sur France Inter. Dans une allocution, Emmanuel Macron a pris acte des "fractures" montrées par le résultat des législatives et assuré vouloir "bâtir des compromis" avec ses opposants, appelés à la "transparence" et la "responsabilité".

"C’est Jupiter qui a été mis en minorité par le peuple français" affirme le député européen. "C’est à lui de dire aujourd’hui quel chemin il est prêt à prendre. Sur quels axes de son programme il est prêt à reculer ou à renoncer pour faire un chemin vers les partis d’opposition qui ont été portés de manière démocratique à l’Assemblée nationale." Si Emmanuel Macron "a été élu par le peuple français" précise Jordan Bardella, "son programme a été battu par le peuple français."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'union nationale "ne se justifie pas"

Jordan Bardella s’oppose à un gouvernement d’union nationale, "sur quelle base" se demande-t-il. Selon lui, le contexte ne le "justifie pas". "J’aurais du mal à faire un gouvernement d’union nationale avec des gens qui défendent la retraite à 65 ans, les 60% de taxe sur les carburants, des gens qui refusent de baisser la TVA sur les produits de première nécessité."

Le président du RN revendique la présidence de la commission des Finances. Depuis 2009, la tradition veut que ce poste revienne au groupe parlementaire d'opposition le plus fort, soit le RN avec ses 89 députés. "Nos électeurs ne sont pas des citoyens de seconde zone. Le Rassemblement national n’est pas un parti politique de seconde zone. Par respect pour la démocratie, nous avons droit à la présidence de la commission des Finances et nous la réclamons. C’est un moyen de contrôle du gouvernement." . Il indique que le RN présentera la candidature de Jean-Philippe Tanguy, député de la Somme, venu de la droite souverainiste, proche de Nicolas Dupont-Aignan.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Réalisation