Les pompiers interviennent sur un incendie dans un bâtiment après les bombardements sur la ville de Chuguiv, dans l'est de l'Ukraine, le 24 février 2022.
Les pompiers interviennent sur un incendie dans un bâtiment après les bombardements sur la ville de Chuguiv, dans l'est de l'Ukraine, le 24 février 2022.
vidéo
Les pompiers interviennent sur un incendie dans un bâtiment après les bombardements sur la ville de Chuguiv, dans l'est de l'Ukraine, le 24 février 2022. ©AFP - ARIS MESSINIS
Publicité
Résumé

Sylvie Kauffmann, éditorialiste au Monde, spécialiste des affaires internationales, et Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences po Paris, auteur de auteur de Les Puissances mondialisées Repenser la sécurité internationale (Odile Jacob), sont les invités du Grand entretien de France Inter.

avec :

Bertrand Badie (Politiste, spécialiste des relations internationales, professeur émérite des universités à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI)), Sylvie Kauffmann (Directrice éditoriale au journal Le Monde. Spécialiste notamment des questions internationales.).

En savoir plus

Le sentiment est à la stupeur et la condamnation générale après l'offensive lancée dans la nuit de mercredi à jeudi en Ukraine par Vladimir Poutine. De puissantes explosions ont retenti dans plusieurs villes du pays, Kiev affirmant qu'une "invasion de grande ampleur" était en cours.

Sylvie Kauffmann, éditorialiste au Monde, spécialiste des Relations internationales : "L’ampleur de cette opération nous étonne. Les Américains nous avertissent depuis trois mois. Nous étions incrédules. Cette opération nous apparaissait insensée." Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences po Paris ajoute que "quand Poutine parle de dénazification, ce terme était employé lors de la conférence de Yalta. Ce besoin instinctif d’aller chercher des éléments de langage dans un contexte qui n’a plus rien à voir, est significatif.

Publicité

"Qu'avons nous fait en 2008 et 2014 ?"

"Vladimir Poutine est au pouvoir depuis 22 ans", ajoute Sylvie Kauffman. "Il n’a plus la possibilité d’être ouvert sur le reste du monde. Il est de plus en plus rigide, plus agressif, plus fermé. C’est un dirigeant qui est tout puissant. Son exercice du pouvoir est de plus en plus opaque." L'éditorialiste au Monde assure que "Poutine a son plan." "Une attaque contre un membre de l’OTAN, la Pologne ou les États baltes, qui sont limitrophes, on serait alors dans une autre dimension et dans un risque de guerre mondiale.

Enfin, Sylvie Kauffmann ajoute que : "Poutine a tablé sur la faiblesse des occidentaux. Qu’avons-nous fait en 2008 quand la Russie est intervenue en Géorgie, qu’avons-nous fait en 2014 quand la Russie a annexé la Crimée et est intervenue dans le Donbass ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Références

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration
Stéphanie Boutonnat
Collaboration