Richard Ferrand
Richard Ferrand
vidéo
Richard Ferrand ©AFP - ERIC FEFERBERG
Publicité
Résumé

Richard Ferrand, le président de l'Assemblée nationale, est l'invité du Grand entretien de la matinale de France Inter.

avec :

Richard Ferrand (Président de l'Assemblée Nationale).

En savoir plus

Quelques semaines avant la prochaine élection présidentielle, Richard Ferrand a fait le point sur les réussites et ses regrets à l'issue du mandat d'Emmanuel Macron : réforme institutionnelle, réforme des retraites, baisse de 5 euros des APL , sont à mettre au rang des regrets. 

Au rang des réussites il cite, le niveau de chômage plus bas qu’en 2017, la mise en place du reste à charge 0, ou l’index professionnel entre les femmes et les hommes, le dédoublement de certaines classes, ainsi que la création de 2000 maisons de santé. 

Publicité

Heureusement que nous étions là pour tenir les promesses non tenues du président Hollande

"Beaucoup de choses ont été faites, beaucoup de choses restent à faire, avec toujours le même objectif : l'émancipation individuelle, l'attractivité de la France, la capacité de chacun à choisir son destin", estime-t-il.

Journée de mobilisation pour les salaires

Des manifestations sont prévues à travers toute la France ce jeudi, à l'appel de syndicats et d'organisations de jeunesse, pour réclamer des hausses de salaires, dans un contexte marqué par le retour en force de la question du pouvoir d'achat à quelques semaines de la présidentielle.  Quelque 170 rassemblements et défilés auront lieu à l'appel des syndicats CGT, FO, FSU et Solidaires. 

Richard Ferrand se dit opposé à une augmentation du Smic : "Le socialiste que je suis ne le souhaite pas, car je ne crois pas que ce soit la bonne mécanique, c’est une trappe à bas salaires". Il incite toutefois les salariés à se syndiquer, et à "se battre pour que leur travail soit mieux rémunéré". Mais il considère que "ce n’est pas l’état ou l’assemblée nationale qui fixe les salaires". 

Scandale Orpéa 

Après les révélations du livre "Les Fossoyeurs" sur les maisons de retraite du groupe Orpéa, Richard Ferrand estime que "les établissements qui accueillent des personnes âgées dépendantes ne devraient pas être à but lucratif". 

Les associations qui dirigent ce type d'établissement, "ont une gestion désintéressée". "Dans les conseils départementaux qui assument la partie liée à la dépendance, on devrait privilégier les établissements à but non lucratif."

L’or gris ce n’est pas du business 

Violences contre les élus

Face à la recrudescence d'acte de violences verbales ou physiques contre les élus, le président de l'Assemblée Nationale veut que les "collectivités puissent se porter parties civiles  aux côtés des victimes devant les juridictions." Richard Ferrand estime qu'aujourd’hui "la loi est muette sur ce sujet". Il souhaite étendre cette proposition "aux conjoints et aux enfants des élus, qui quelque fois sont malmenés à l'école parce qu'un permis de construire a été refusé, etc." Cela permettrait selon lui "d'indiquer que les institutions, les collectivités, tout ce qui cimente notre vie démocratique sera toujours au côté des élus que l'on pourrait menacer."

Il y a 2000 plaintes enregistrées à l’Assemblée nationale pour 540 députés, "soit presque tous".  "J’ai le sentiment, qu’au fur à mesure du temps, il y a eu collectivement un abandon d’une certaine marque de respect à l'égard de ceux qui détiennent une certaine autorité ou de ceux qui représentent les Français. La violence est intolérable même quand c'est pour d'autres que pour des élus.".

Références

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration
Stéphanie Boutonnat
Collaboration