Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l'Université de Paris, chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne, est l'invité du grand entretien de la matinale.
Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l'Université de Paris, chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne, est l'invité du grand entretien de la matinale. ©Maxppp - Clementz Michel
Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l'Université de Paris, chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne, est l'invité du grand entretien de la matinale. ©Maxppp - Clementz Michel
Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l'Université de Paris, chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne, est l'invité du grand entretien de la matinale. ©Maxppp - Clementz Michel
Publicité

Raphaël Gaillard, professeur de psychiatrie à l'Université de Paris, chef de pôle à l'hôpital Sainte-Anne, est l'invité du grand entretien de la matinale. L'occasion d'évoquer la mal-être des Français lié à la crise sanitaire qui dure.

Avec
  • Raphaël Gaillard Professeur de psychiatrie à l'Université Paris-Descartes et responsable du pôle psychiatrie de l'hôpital Saint-Anne

La crise sanitaire dure et pèse de plus en plus sur le moral des Français. On ne voit toujours pas le bout du très long tunnel et les conséquences psychiques sont réelles. Professeur de psychiatrie à l'Université Paris-Descartes et responsable du pôle psychiatrie de l'hôpital Saint-Anne, Raphaël Gaillard est en première ligne pour témoigner de la santé mentale des Français. 

Et il explique, "on sent très bien" la fatigue de la population. "Nous, psychiatres sommes en quelque sort des sous-mariniers de la société. Nous voyons la société dans ses profondeurs et ce que nous voyons, ce ne sont pas des vagues successives, ce sont des lames de fond, une lame de fond qui est la souffrance psychique". 

Publicité

L'incertitude, cause d'un profond mal-être

D'après un baromètre Viavoice France-Emotions, mise en place par la fondation Jean Jaurès et paru hier dans Le Point, 57% des français se disent fatigués par l'incertitude, les confinements, la dilution des rapports sociaux. De son côté, Santé Publique France disait dans son rapport épidémiologique qu'un tiers des français présente un état anxieux ou dépressif. 

"La réalité de ces chiffres est impressionnante" analyse Raphaël Gaillard. "Le taux de Français souffrant d'un trouble anxieux est deux fois plus élevé que l'on observe habituellement. Pour la dépression c'est six points de plus. Concernant le sommeil, 70% des Français ont des troubles, soit 20 points de plus que ce que l'on observe habituellement".  

D'après le psychiatre, la principale raison des troubles psychiques dont souffrent de nombreux Français aujourd'hui est l'incertitude. "Celle dans laquelle les Français sont plongés depuis deux ans, c'est insupportable".  "Nous devons donner du sens aux choses et là nous ne pouvons ni prédire ni donner du sens, cette incertitude elle pèse."

Un manque de moyens 

Dans ce contexte, en plus "de la demande considérable" les professionnels doivent faire face à un problème de taille. "N_ous manquons de moyens". "L'histoire de la psychiatrie sur ces 40 dernières années c'est son appauvrissement_". D'après Raphaël Gaillard, la psychiatrie française est passée de 120 000 lits à 40 000 lits, ce qui a bien sûr des conséquences. 

Les infirmières passent parfois "des heures à chercher un lit" pour que les patients soient soignés. "On se trouve dans des situations où il faut hospitaliser coûte que coûte un adolescent dans des lits qui ne sont pas destinés à la prise en charge d'adolescent, en tout cas de mineurs parce que nous manquons de lits."

L'équipe