Thierry Breton
vidéo
Thierry Breton ©AFP - Alexandros Michailidis / Pool / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Thierry Breton ©AFP - Alexandros Michailidis / Pool / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Thierry Breton ©AFP - Alexandros Michailidis / Pool / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Publicité

Thierry Breton, Commissaire européen au Marché intérieur, est l'invité du Grand entretien de France Inter.

Avec

Le sommet de Versailles s'est achevé vendredi dernier et a rassemblé les dirigeants des 27 pays de l'UE afin d'évoquer les réponses à apporter à la guerre qui se poursuit en Ukraine. Un sommet qui devait marquer le grand sursaut européen. Il a notamment été évoqué de réduire de deux tiers la dépendance au gaz russe d'ici la fin de l'année, pour envoyer un message clair à Vladimir Poutine. Depuis vendredi, certaines voix font part de leur déception et dénoncent un bilan en demi-teinte, voir un sommet pour rien au regard de l'urgence de cette guerre. 

"Il faut sortir complètement de cette dépendance de l'Europe à la Russie en matière d'hydrocarbures"

Thierry Breton déclare que le "grand message de Versailles, c'est que l'urgence est là et que les 27 sont unis". "La clé dans cette tragédie que nous vivons, aux portes de l'Europe, c'est vraiment la réponse européenne unie. Le commissaire européen ajoute que "un sommet et le conseil européen, ce n'est pas l'exécutif." "L'exécutif c'est la Commission. Le sommet, le conseil, ils donnent les instructions à la Commission. Il a donné deux instructions : la première c'est de sortir au plus vite de la dépendance du gaz avec la Russie, pas en 2027. Dès la fin de cette année."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Concernant le gaz russe, Thierry Breton confirme que l'on va bien réduire de deux tiers nos importations d'ici la fin de l'année 2022. "Bien entendu. C'est effectivement ce qui a été demandé par le Conseil à la Commission européenne, qui va travailler sur un plan et qui va le resoumettre au Conseil dans quinze jours." 

Le commissaire européen ajoute que "ce qui est encore sur la table, c'est sortir des deux tiers dès cette année, ce qui est tout à fait significatif. Il ne restera plus que 3%. Et donc pour ces 3%, j'ai entendu que le président de la République a dit 'rien n'est tabou', il faut voir effectivement si on peut accélérer et trouver des mesures. Il y aura des voies et moyens de le faire parce qu'effectivement : il faut sortir complètement de cette dépendance de l'Europe à la Russie en matière d'hydrocarbures et au plus vite." 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Thierry Breton prévient : "On n’est pas au bout de cette logique du pire avec Vladimir Poutine, le pire n’est pas certain, mais il est probable, donc il faut anticiper en permanence". "Tous les pays maintenant vont le faire, donc on va monter nos dépenses de défense par rapport à ce qu’elles sont aujourd’hui, de 65 à 70 milliards de plus par an. Il faut faire en sorte qu’on utilise ces sommes pour accroître nos investissements en Europe et non pas pour acheter à l’étranger, pour que l’Europe devienne plus autonome en matière de défense", a-t-il ajouté. A Versailles, il a été décidé d'"acheter en commun, mutualiser nos dépenses et revenir avec un plan pour le mois de mai pour accroître nos capacités d’achats ensemble".

L'équipe

Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Stéphanie Boutonnat
Collaboration
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration