Philippe Martinez
Philippe Martinez
vidéo
Philippe Martinez ©AFP - Ludovic MARIN / AFP
Publicité
Résumé

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, est l'invité du Grand entretien. Il a notamment réagi à la forte baisse du chômage en France.

avec :

Philippe Martinez (Secrétaire général de la CGT).

En savoir plus

Le gouvernement se réjouit de la bonne santé de l’économie française : 7% de croissance l’an dernier, l’une des plus fortes augmentations de la zone Euro et un taux de chômage, selon les chiffres de l’Insee publiés vendredi, au plus bas depuis 2008, à 7,4%. Du jamais vu même depuis 40 ans pour le chômage des jeunes. 

Invité à réagir sur ce sujet, Philippe Martinez dénonce le "décalage entre la communication gouvernementale et la réalité dans le monde du travail en général et parmi la jeunesse aussi". Le secrétaire général de la CGT affirme constater un "développement de la précarité" et qu'il y a beaucoup "d'emplois non pourvus parce que les conditions de travail ne sont pas bonnes, parce que les salaires ne sont pas au niveau". 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Beaucoup d'emplois précaires dénonce la CGT

Selon lui, la baisse du nombre de demandeurs d'emplois s'explique notamment par le fait qu'il y a eu "beaucoup de radiations, beaucoup de personnes qui se désespèrent et qui ne vont pas s'inscrire à Pole Emploi."

Parmi les 650 000 créations d’emploi en 2021, Philippe Martinez estime que parmi eux, il y a beaucoup "de précaires, beaucoup de CDD donc des emplois qui peuvent durer une semaine voire quelques jours. On a créé des nouvelles appellations, comme par exemple les 'CDI I' : contrat à durée indéterminé intérimaire, c'est compté dans les CDI mais ce sont des intérimaires car ce sont des missions de 3 ans, 4 ans." Partant de ce constat, le secrétaire général de la CGT veut alerter sur la "qualité de l'emploi". 

Concernant les jeunes, Philippe Martinez dit "comprendre la jeunesse qui est dans la galère et qui se dit que quand elle trouve un petit boulot, 'c'est mieux que rien'... mais pour construire son avenir est-ce que l'on peut se contenter de 'c'est mieux que rien' ? Il y a des diplômés bac +5 qui sont payés à peine le SMIC".  

Philippe Martinez réclame un SMIC à 2000 euros 

Au sujet du SMIC, Philippe Martinez réclame qu'il soit à 2000 euros brut. Il faut "évidemment" le revaloriser. Aucun des candidats à la présidentielle propose d'ailleurs une telle augmentation. "Nous, on se met à la place de ceux qui vivent normalement, qui ont un loyer à payer, une voiture, de l'essence... Il faut que les candidats fassent un effort pour mesurer la difficulté de la vie". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Le secrétaire général de la CGT pointe également la différence de salaire entre les hommes les femmes. "Comment se fait-il que dans ce pays, malgré les lois, les femmes sont toujours moins payées que les hommes à qualification égale, à hauteur de 20 % ? C'est scandaleux. Il suffit de pénaliser les entreprises."

Enfin, il évoque "les conflits dans les entreprises". "Il n'y en a jamais eu autant dans le cadre d'une campagne électorale". Pour quelles raisons ? "On a augmenté le SMIC mais dans les entreprises et dans les branches, on n'est pas au niveau" critique le secrétaire général de la CGT_. "Il y a encore 75% des branches qui démarrent en-dessous du SMIC. Il y a des conflits qui sont durs, difficiles, il y a des bons résultats avec des augmentations de salaires de 4 à 5% et puis il y a des endroits où c'est très dur"._ Il dénonce ainsi la "forte répression vis-à-vis des grévistes et notamment des délégués syndicaux".  

Références

L'équipe

Jérôme Cadet
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration
Stéphanie Boutonnat
Collaboration