Anne Hidalgo
vidéo
Anne Hidalgo ©Radio France - Anne Audigier
Anne Hidalgo ©Radio France - Anne Audigier
Anne Hidalgo ©Radio France - Anne Audigier
Publicité

Anne Hidalgo, maire de Paris, est l'invitée du Grand entretien de France Inter. Elle revient sur les annonces d'Emmanuel Macron lundi soir et expose sa vision du pays.

Avec

Au lendemain des annonces d'Emmanuel Macron sur la vaccination et le pass sanitaire, la maire de Paris Anne Hidalgo reconnait que "vu l’augmentation des contaminations, il est important de rappeler que la vaccination reste sans aucun doute le meilleur moyen de se protéger, et d’essayer de retrouver une vie normale". Mais elle nuance, disant que selon elle, l'incitation aurait mieux valu que la sanction : 

Je pense qu’il faut encourager, pousser, les personnels soignants à se vacciner, mais il faut faire attention à ne pas les stigmatiser.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Même si elle affirme qu'elle accompagnera ces mesures, mais dit souhaiter un discours plus pédagogique. "Je pense aussi aux restaurateurs, à tous les professionnels, les acteurs culturels qui là encore vont devoir s’adapter, se projeter. C’est très difficile pour tout le monde", ajoute-t-elle.

Souvent, dans les annonces qui sont faites, on a l'annonce, mais on n'a pas le "comment"

Alors qu'Emmanuel Macron, lundi, est aussi revenu sur ses ambitions réformatrices, Anne Hidalgo explique voir la réforme des retraites non comme un progrès mais comme une régression, un projet qui ne se base pas sur les réalités. "Il faut tenir compte des partenaires sociaux, de ce que disent les organisations syndicales unanimes, qui disent que ce n’est pas cela qu’il faut faire pour notre pays. Par ailleurs, c’est sans doute une réforme qui va provoquer du conflit social, de l’incompréhension, du mal-être, alors que vraiment notre pays a besoin de se rassembler, de s’apaiser", explique-t-elle. 

"Ce qu’on est en train de proposer avec mon “équipe de France des maires”, c’est de faire de la transition écologique, de l’économie de la vie (de notre santé), Le risque c’est la crise écologique, faisons en une chance pour réindustrialiser le pays, mais pas en partant simplement du haut", propose-t-elle ainsi. Anne Hidalgo propose notamment de s'appuyer sur les présidents de région : "Ce sont eux les vrais ministres de l'Industrie, capables de mettre autour de la table tous les acteurs : les syndicats, les entreprises, les ONG, et avancer de façon concrète".

Alors qu'elle avait déclaré, pendant la campagne des élections municipales, vouloir se consacrer à Paris, pourquoi ce virage qui semble montrer une orientation en vue de l'élection présidentielle ? "Parce que je pense que le pays a besoin d’une autre voie, a besoin qu’on apaise les choses, qu’on se mette d’accord. L’élection présidentielle, c’est un moment où les Françaises et les Français vont devoir choisir leur destin. Il y a d’un côté ce qu’on nous propose aujourd’hui, et on a vu que ça manque beaucoup d’efficacité, il y a eu beaucoup de conflictualité", dit celle qui n'est pas encore officiellement candidate mais se voit d'ores et déjà comme une personnalité de rassemblement. 

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production