Annie Ernaux : "J’ai vraiment senti ce sexisme vis-à-vis de la femme mûre"

Annie Ernaux
vidéo
Annie Ernaux ©AFP - Horst Galuschka / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Annie Ernaux ©AFP - Horst Galuschka / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Annie Ernaux ©AFP - Horst Galuschka / DPA / dpa Picture-Alliance via AFP
Publicité

Annie Ernaux, écrivaine, est l'invitée du Grand entretien de France Inter, à l'occasion de la sortie de deux livres.

Avec

L'écrivaine a une actualité chargée. Au-delà d'un "Cahier de l’Herne" qui lui est consacré, sous la direction de l’universitaire Pierre-Louis Fort, l’autrice Annie Ernaux est aussi au coeur de l'actualité littéraire avec "Le jeune homme", un roman autobiographique, où elle raconte sa relation amoureuse avec un homme de trente plus jeune qu’elle. Elle avait à l’époque 54 ans. "J’ai vraiment senti ce sexisme, cet ostracisme vis-à-vis de la femme mûre. C’était pour moi une façon de témoigner" à travers ce livre, a-t-elle expliqué, invitée de France Inter. "C'est lié au fait que la femme est considérée comme une mère à partir du moment où elle est ménopausée."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'avortement, "un droit"

"C’était un coup de tonnerre mais au fond je ne suis pas tellement surprise", réagit l’écrivaine Annie Ernaux, après les révélations d’un projet de décision de la Cour suprême aux Etats-Unis, qui supprimerait le droit à l’avortement. "Ce droit, cette liberté de la reproduction pour une femme est quand même assez récente dans les lois car ça c’est toujours fait l’avortement. Le monde continue car on a des enfants. Si on restreint le droit à l’avortement, elles deviennent des génitrices, on les ramène à ça. C’est une rare agression. Il faudrait que ce droit soit inscrit en Europe, mais il ne l’est toujours pas et c’est à cause de ça que la Pologne peut faire n’importe quoi aux femmes."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Fervent soutien de Mélenchon

Durant l’entre-deux-tours, Annie Ernaux, soutien de longue date de Jean-Luc Mélenchon, a annoncé qu’elle voterait pour le Président sortant Emmanuel Macron, par dépit. La romancière donne également son avis sur l’alliance des partis de gauche pour les élections législatives, la "Nupes" (La Nouvelle Union populaire écologique et sociale) : "J’entends hurler des vieux socialistes. Est-ce que ces gens se rendent-ils compte du besoin, du désir des Français, qu'ils subissent des forces de progrès ?"

"Les mouvements comme les Gilets jaunes, ce sont des gens qui ont peut-être voté Le Pen mais qui d’une certaine façon se rallieront à la gauche." Si plus de 40% des Français sont allés voter Marine Le Pen lors du second tour de la présidentielle, "c’est parce qu’il ne se reconnaisse pas du tout dans les gouvernements depuis 2012" estime Annie Ernaux.

"Des lois épouvantables ont été votées, comme la loi El Khomri. C’est un vote de non reconnaissance" poursuit l’écrivaine. "Comment faire autrement si on ne s’intéresse pas à la politique ? J’ai toujours senti que c’était important dans la vie des gens." Annie Ernaux est sur tous les fronts en ce moment, elle va se rendre à Cannes dans les prochains jours, à l’occasion de la Quinzaine des réalisateurs, où un film qu’elle a réalisé avec son fils David Ernaux-Briot sera projeté.

L'équipe