Jean-Yves Le Drian
vidéo
Jean-Yves Le Drian ©AFP - JENS SCHLUETER / POOL / AFP
Jean-Yves Le Drian ©AFP - JENS SCHLUETER / POOL / AFP
Jean-Yves Le Drian ©AFP - JENS SCHLUETER / POOL / AFP
Publicité

Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, est l'invité du Grand entretien de la matinale de France Inter.

Avec

L'Ukraine se réveille, ce vendredi, après une nouvelle nuit d'offensives russes. Des explosions ont été entendues notamment à Kiev, la capitale. La journée de jeudi a été marquée par les assauts de l'armée russe, visant plusieurs villes du pays, notamment Tchernobyl, dont la centrale nucléaire est désormais sous contrôle russe. 

La communauté internationale a largement condamné la décision russe d'attaquer son voisin et promis de lourdes sanctions, qui ont d'ailleurs déjà été décidées par certains pays. 

Publicité

"L'affaire du Donbass n'était qu'un prétexte"

Selon Jean-Yves Le Drian, "La guerre est totale, le président Poutine a choisi la guerre, il a choisi une offensive massive, il a choisi de sortir l'Ukraine de la carte des états et il mène ses offensives de manières régulières, mécaniques, avec une très grande vigueur. Aujourd'hui, c'est à l'est, au sud et dans la capitale que la menace se conforte". "L'affaire du Donbass n'était qu'un prétexte, ce que voulait Poutine, c'était la soumission de l'Ukraine (...) c'est une situation de bascule de l'histoire".

D'après le ministre des affaires étrangères : "Je pense que la sécurité du président ukrainien est centrale, je suis très frappé par son sang froid et je suis très frappé par le courage du peuple ukrainien".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

L'objectif des sanctions est "d'étouffer le fonctionnement de la Russie"

Jean-Yves Le Drian ajoute : "A chaque fois qu'il y a une intervention de ce type, Vladimir Poutine essaye de faire peur, d'intimider mais il sait très bien que l'alliance atlantique est une alliance nucléaire."

Concernant les sanctions décidées :  "Je ne suis pas sûr que le président Poutine ait pris la mesure de l'ampleur des sanctions qui ont été décidées hier". L'objectif est "d'étouffer le fonctionnement de la Russie et de frapper au cœur de ses dispositifs financiers". "On n'a jamais connu cela, le paquet des mesures est spectaculaire". Le ministre tient d'ailleurs a souligner l'unité de l'Europe. 

Interrogé sur une éventuelle intervention miliaire, Jean-Yves Le Drian répond que "p_our l'instant, nous sommes dans le soutien d'appui à la résistance ukrainienne."_

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vladimir Poutine va être "le paria de la communauté internationale"

Le ministre se dit inquiet "sur la suite". Selon lui, Vladimir Poutine est "un semeur de guerre", il "réinvente l'histoire, il est dans une forme de dérive, on constate depuis quelques années une sorte de triple dérive autoritaire : une dérive interne, externe et une dérive en terme d'ingérence."  "Nous faisons tout" pour arrêter Vladimir Poutine. "Il  va être le paria de la communauté internationale, il va se retrouver isolé dans ce monde." Concernant la prise de la centrale nucléaire de Tchernobyl par l'armée russe, "c_'est une vraie question de préoccupation_" reconnaît le ministre des affaires étrangères.

"La pression qui est faite sur Kiev a abouti à des mouvements de population significatifs. Les Européens seront au rendez-vous de la solidarité", poursuit Jean-Yves Le Drian, au-lendemain du sommet de l'UE à Bruxelles.

L'équipe

Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Nicolas Demorand
Production
Léa Salamé
Léa Salamé
Léa Salamé
Production
Alexandre Gilardi
Collaboration
Juliette Hackius
Collaboration
Stéphanie Boutonnat
Collaboration